•  

     

     

     

    POÈME D’hier

     

    SAMAIN Albert

     

     

    1858 – 1900

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’HERMAPHRODITE

     

     

     

     

     

    Vers l’archipel limpide, où se mirent les iles,

    L’hermaphroditenu, le front ceint de jasmin,

    Epuise ses yeux verts en un rêve sans fin ;

    Et sa souplesse torse empruntée aux reptiles,

     

    Sa cambrure élastique, et ses seins érectiles

    Suscitent le désir de l’impossible hymen.

    Et c’est le monstre éclos, exquis et surhumain,

    Au ciel supérieur des formes plus subtiles.

     

    La perversité rode ce ses courts cheveux blonds.

    Un sourire éternel, frère des soirs profonds,

    S’estompe en velours d’ombre à sa bouche imbigùe :

     

    Et sur ses pales chairs se traîne avec amour

    L’ardent soleil païen, qui l’a fait naître un jour

    De ton écume d’or, o beauté suraiguë.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     17-01-2013


    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier 

     

     

    SAMAIN  Albert 

     

     

    1749 - 1791 

     

     

     

     

     

     

    LES ROSES

     

     

    DANS LA COUPE

     

     

     

     

    Lentement, doucement, de peur qu’elle brise,

    Prendre une âme, écouter ses plus secrets aveux,

    En silence, comme on caresse des cheveux ;

    Atteindre à la douceur fluide de la brise ;

     

    Dans l’ombre, un soir d’orage, où la chair s’électrise,

    Promener des doigts d’or sur le clavier nerveux ;

    Baiser l’éclat des voix ; calmer l’ardeur des feux ;

    Exalter la couleur rose à la couleur grise ;

     

    Essayer des accords mots mystérieux,

    Doux comme  le baiser de la paupière aux yeux ;

    Faire ondoyer des chairs d’or pale dans les brumes ;

     

    Et dans l’âme  que gonfle un immense soupir,

    Laisser en s’en allant comme le souvenir

    D’un grand cygne de neige aux longues, longues plumes.

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval 

    1ér trimestre 1975 

     

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  


     

     

     

     

    POÈME Hier

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     




     

     

     

     

     



    LA GÉANTE

     

     

     



    Du temps que la nature en sa verve puissante
    Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
    J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
    Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.


    J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
    Et grandir librement dans ses terribles jeux ;
    Deviner si son cœur couvre une sombre flamme
    Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;


    Parcourir a loisir ses magnifiques formes ;
    Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
    Et parfois en été, quand les soleils malsains,


    Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
    Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
    Comme un hameau paisible au pied d’une montagne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C

     

     

     

     

     

     

    Charles  BAUDELAIRE     La  géante      D   13/09/2018  R

     

     

    D  18-12-2016  *-*  17-04-2012


    21 commentaires






  • POÈME D’hier









    VERLAINE









    1844 - 1896



    Colloque

     

    sentimental















    Dans le vieux parc solitaire et glacé

    Deux formes ont tout à l'heure passé.



    Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,

    Et l'on entend à peine leurs paroles.



    Dans le vieux parc solitaire et glacé

    Deux spectres ont évoqué le passé.



    - Te souvient il de notre extase ancienne?

    - Pourquoi voulez vous donc qu'il m'en souvienne?



    - Ton cœur bat il toujours à mon seul nom?

    Toujours vois tu mon âme en rêve – Non.



    Ah! Les beaux jours de bonheur indicible

    - Ou nous joignions nos bouches! - C'est possible.



    - Qu'il était bleu, le ciel, et grand l'espoir!

    - L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.



    Tels ils marchaient dans les avoines folles,

    Et la nuit seule entendit leurs paroles.







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-












    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    * poème  D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES BIJOUX

     

     La très chère était nue, et, connaissant mon cœur,

    Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,

    Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur

    Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des mores.

     

    Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,

    Ce monde rayonnant de métal et de pierre

    Me ravit en extase, et j’aime à la fureur

    Les choses ou le son se mêle à la lumière.

     

    Elle était donc couchée et se laissait aimer,

    Et du haut du divan elle souriait d’aise

    A mon amour profond et doux comme la mer,

    Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

     

    Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,

    D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,

    Et la candeur unie à la lubricité

    Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

     

    Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,

    Polis comme de l’huile, onduleux comme un  cygne,

    Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins

    Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

     

    S’avançaient, plus câlins que les anges du mal,

    Pour troubler le repos où mon âme était mise,

    Et pour le déranger du rocher de cristal

    Où, calme et solitaire, elle s’était assise.

     

    Je croyais voir unis par un nouveau dessin

    Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,

    Tant sa taille faisait ressortir son bassin.

    Sur ce teint fauve et brun le fard était superbe !

     

    Et la lampe s’étant résignée mourir,

    Comme le foyer seul illuminait la chambre,

    Chaque fois qu’il poussait un flamboyant soupir,

    Il inondait de sang cette peau de couleur d’ambre !

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

    J-G-R-C

     

     

     

    D  17-06-2016


    25 commentaires




















  • POÈME D’hier





    Emile

     

    VERHAEREN

     



    1855 – 1916













    LORSQUE TU



    FERMERAS



    MES YEUX















    Lorsque tu fermeras mes yeux à la lumière,

    Baise les longuement, car ils t'auront donné

    Tout ce qui peut tenir d'amour passionné

    Dans le dernier regard de leur ferveur dernière.







    Sous l'immobile éclat du funèbre flambeau,

    Penche vers leur adieu ton triste et beau visage

    Pour que s'imprime et dure en eux la seule image

    Qu'ils garderont dans le tombeau.





    Et que je sente, avant que le cercueil se cloue,

    Sur le lit pur et blanc se rejoindre nos mains

    Et que près de mon front sur les pales coussins,

    Une suprême fois se repose ta joue.





    Et qu'après je m'en aille au loin avec mon cœur

    Qui te conservera une flamme si forte

    Que même à travers la terre compacte et morte

    Les autres morts en sentirons l'ardeur!.







    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975







    J-G-R-C-



























     




    10 commentaires
  •  

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    Pierre de

     

    RONSARD

     

     

    1524  -  1585

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    TOUCHE DE MAIN

     

    MIGNONNE…

     

     

     

     

     

    Touche de main, mignonne frétillarde,

    Sur l’instrument le plus doux en amour,

    Qui peut chasser le desplaisir toujours

    Par un accord d’une façon gaillarde.

     

    Et en usant d’une prise gaillarde,

    Pince très doux mainte corde à l’entour,

    En l’animant de quelque gentil tour,

    Par la vertu de la voix babillarde.

     

    Assez, assez pour avoir du plaisir,

    Pour commencer me tente le désir ;

    Tiens la mesure, ou sur mon cul fredonne.

     

    Les doux accents des accords de là bas ;

    Ce temps pendant, du pouvoir que me donne

    Le long repos, je fourniray tout bas.

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    POÈME D’HIER


     

     

    Olivier de  MAGNY

     

     

     

    1528 - 1577

     

     

     

     

     



     

     

    QUAND JE SUIS

     

    QUELQUEFOIS …

     



     

    Quand je suis quelquefois assis dans le giron,

    Ou couché dans les bras de ma belle maîtresse,

    Et qu’un plaisant sommeil paupières me presse,

    Transportant mon esprit aux rives d’Achéron,

     

    Si quelque importun chien aboie à l’environ,

    Et qu’à ses abois le sommeil me délaisse,

    Lors de mille baisers la belle je caresse,

    A quelque chose aussi quelque malheur est bon.

     

    Je perds le doux sommeil par le chien qui aboie,

    Mais par le chien aussi se redouble ma joie,

    Car dès que le sommeil s’envole de mes yeux,

     

    Je baise tant et tant, et rebaise la belle,

    Que non que le sommeil mais le nectar des Dieux,

    N’égalent les douceurs que je prend avec elle.

     

     

     



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




     

    J-G-R-C-



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    13 commentaires
















  • POÈME D’hier









    Paul ELUARD





    1898 - 1952

































    ELLE SE REFUSE





    à





    COMPRENDRE

























    Elle se refuse toujours à comprendre, à entendre,



     

    Elle rit pour cacher sa terreur d'elle meme.



     

    Elle a toujours marché sous les arches des nuits.



     

     

     

     



    Et partout où elle est passé





    Elle a laissé





    L'empreinte des choses brisées.

























    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975









     




    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

    CHANSON

     

     

    D’APRES MIDI

     

     

     

     

    Quoique tes sourcils méchants

    Te donnent un air étrange

    Qui n’est pas celui d’un ange,

    Sorcière aux yeux alléchants,

     

    Je t’adore, o ma frivole,

    Ma terrible passion !

    Avec la dévotion

    Du pretre pour son idole.

     

    Le désert et la foret

    Embaument tes tresses rudes,

    Ta tète a les attitudes

    De l’énigme et du secret.

     

    Sur ta chair le parfum rode

    Comme autour d’un encensoir ;

    Tu charmes comme le soir,

    Nymphe ténébreuse et chaude.

     

    Ah ! les philtres les plus forts

    Ne valent pas ta paresse,

    Et tu connais la paresse,

    Qui fait revivre les morts !

     

    Tes hanches sont amoureuses

    De ton dos et de tes seins,

    Et tu ravis les coussins

    Par tes poses langoureuses.

     

     

    Quelque fois pour apaiser

    Ta rage mystérieuse,

    Tu prodigues, sérieuse,

    La morsure et le baiser ;

     

    Tu me déchires, ma brune,

    Avec un rire moqueur,

    Et puis tu mets sur mon cœur

    Ton œil doux comme la lune.

     

    Sous tes souliers de satin,

    Sous tes charmants pieds de soie,

    Moi, je mets ma grande joie,

    Mon génie et mon destin,

     

    Mon âme par toi guérie,

    Par toi, lumière et couleur !

    Explosion de chaleur

    Ma noire Sibérie !

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     

     

     

     

     

     

    R.  30/05/2016     05-04-2012

     

     

     

     

     

     

    FESTIVAL  PHOTO  2018  LA  GACILLY      D   30/07/2018   1/1

     

     

     

     


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique