•  

     

     



     

     

     







    POÈME D’hier









    VERLAINE









    1844 - 1896









    GREEN















    Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches,

    Et puis voici mon cœur, qui ne bat que pour vous.

    Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

    Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.







    J'arrive tout couvert encore de rosée

    Que le vent du matin vient glacer à mon front.

    Souffrez que ma fatigue, à vos pieds reposée,

    Reve des chers instants qui la délasseront.







    Sur votre jeune sein laissez rouler ma tète

    Toute sonore encor de vos derniers baisers;

    Laissez la s'apaiser de la bonne tempête,

    Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-















     

     

     

     



     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    VELOUTE DE

     

     

     

    CHATAIGNES

     

     

     

     

    AU FOIE GRAS

     

     

     

     

     

     

     

     

    préparation : 20 minutes

     

     

     

    cuisson : 30 minutes

     

     

     

     

     

     

    pour 6 personnes

     

     

     

    -1 foie gras de canard cru

     

    d'environ 400 g.

     

     

    -600 g de marrons au naturel.

     

     

     

    -25 g de truffe (facultatif).

     

     

     

    -1 l de lait.

     

     

     

    -4 cuillères à soupe de

     

    fond de volaille en poudre.

     

     

    -20 cl de crème liquide.

     

     

    -sel & poivre du moulin.

     

     

     

     

     

     

     

    Diluez le fond de volaille

     

    dans 50 cl d'eau bouillante.

     

     

    Faites bouillir le lait,

     

    ajoutez les marrons

     

    égouttez et laissez

     

    cuire quinze minutes.

     

     

    Mixez le tout en très fine purée.

     

     

    Versez la dans une casserole

     

    sur feu doux

     

    et ajoutez y le fond de volaille

     

    (réservez en dix centilitres).

     

     

    Mélangez bien.

     

     

     

     

    Dénervez le foie gras.

     

     

    Détachez en un morceau

     

    de cinquante grammes,

     

    mixez le, ajoutez

     

    le reste de fond volaille,

     

    mixez de nouveau.

     

     

    Incorporez ce mélange

     

    au velouté dans la casserole,

     

    versez la crème, salez, poivrez

     

    et laissez cuire

     

    quinze minutes à feu doux.

     

     

     

     

    Détaillez le reste du foie gras

     

    en petites tranches

     

    et faites les dorer

     

    une minute de chaque coté,

     

    à feu vif et à sec

     

    dans une poêle antiadhésive.

     

     

     

     

    Versez le velouté

     

    dans les bols chauffés,

     

    garnissez éventuellement

     

    de lamelles de truffes

     

    et servez aussitôt.

     

     

     

     

     

     

     

    BONNE

     

     

     

     

    DEGUSTATION

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

    Pierre de CORNU         Mon dieu!  Le beau téton...          D    13/09/2019

     

     

     







    POÈME D’hier







    Pierre de







    CORNU









    1558 - 1623



     

     

    Mon dieu











    LE BEAU TETON...















    Mon dieu, le beau téton, mon tout, ma doucelette,



    Que je voy apparoir par dessus ton collet!



    Il soupire toujours, las! Qu'il est rondelet,



    Et garni par dessus d'une peau blanchelette!



    Laisse le moy toucher, ma petite garcette,



    Laisse moy lui donner un baiser doucelet.



    Hé, bon dieu! Quel plaisir!est si joliet



    Que je ne vis jamais charnure si parfaite.



    Or, sus, baille le moy, je le veux mignotter,



    Je le veux manier, je le veux façotter,



    Pour en sucer le bout de ma langue ravie.



    Va t en, retire le! Je suis tout appasté,



    Je suis tout esblouy pour l'avoir façotté



    Que de trop de bonheur je sens couler ma vie.







     





    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-









     

     




    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    GATEAU au

     

     

     

     

     

    CHOCOLAT

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 15 minutes.

     

     

    - temps de cuisson: 35 minutes.

     

     

     

     

    - pour 6 personnes. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    . 140 g de chocolat pâtissier.

     

    . 150 g de beurre.

     

    . 3 œufs.

     

    . 60 g de sucre en poudre.

     

    . 360 g de farine.

     

    . 2 cuillères à soupe de

     

     

    fécule de pomme de terre.

     

    . beurre pour le moule.

     

    . sel fin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) Faites chauffer le four à

     

     

    170° C (th 5-6).

     

     

     

    Posez une feuille

     

     

    de papier sulfurisé

     

     

    sur une plaque et beurrez la.

     

     

     

    Beurrez également

     

     

    l'intérieur d'un cercle à entremets

     

     

    de vingt centimètres de diamètre.

     

     

     

     

     

    B) Cassez le chocolat en

     

     

    morceaux dans une jatte

     

     

    supportant la chaleur

     

     

    et faites la fondre au bain marie.

     

     

     

    Lorsqu'il est en crème,

     

     

    ajoutez le beurre en dés

     

     

    et laissez le fondre également.

     

     

     

    Mélangez.

     

     

     

     

     

    C) Retirez la jatte du bain marie.

     

     

     

    Ajoutez le sucre au mélange

     

     

    chocolat et beurre.

     

     

     

     

    Cassez les œufs en séparant

     

     

    les blancs des jaunes.

     

     

     

    Incorporez les jaunes un à un.

     

     

     

     

     

    D) Ajoutez une pincée de sel

     

     

    aux blancs d’œufs et battez

     

     

    les en neige bien ferme.

     

     

     

    Ajoutez les délicatement

     

     

    à la préparation.

     

     

     

    Tamisez à la fécule

     

     

    et incorporez la très doucement,

     

     

    comme les blancs en neige.

     

     

     

     

     

     

    E) Versez la pâte dans le cercle

     

     

    et lissez la surface.

     

     

     

    Enfournez et faites cuire

     

    pendant trente cinq minutes.

     

     

     

    Laissez refroidir

     

    avant de retirer le cercle

     

    et de faire glisser

     

    le gâteau sur un plat.

     

     

     

     

     

    Bonne

     

     

     

    dégustation

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires


























  • POÈME D’hier















    Hégésippe











    MOREAU









    1810 – 1838







     

     

     

     

     

     



    L'AMANT







    TIMIDE

     









     

     

     

     



    A seize ans, pauvre timide


    Devant le plus frais appas,


    Le cœur battant, l’œil humide,


    Je voulais et n’osais pas,


    et  je priais, et sans cesse


    Je répétais dans mes vœux:


    « Jésus ! Rien qu’une maîtresse,


    Rien qu’une maîtresse…ou deux! »



    Lors une beauté, qui daigne


    M’agacer d’un air moqueur,


    Me dit : « enfant ton cœur saigne,


    Et j’ai pitié de ton cœur,


    Pour te guérir quel dictame


    Faut-il donc ; pauvre amoureux?


    - Oh! Rien qu’un baiser madame!


    Oh! Rien qu’un baiser…ou deux! »



    Puis le beau docteur, qui raille,


    Me tâte le pouls, et moi,


    En façon de représaille,


    Je tâte je ne sais quoi!


    «  Où vont ces lèvres de flamme?


    Où vont ces doigts curieux?


    Puisque j’en tiens un madame,


    Laisser moi prendre les deux. »



    La coquette sans alarmes


    Rit si bien de mon amour,


    Que  j’eus a baiser des larmes


    Quand  je riais a mon tour.


    Elle sanglote et se pâme:


    «  Qu’avons-nous fait la, grand dieux?


    Oh ! rien qu’un enfant, madame.


    Oh ! rien qu’un enfant… ou deux! » 

     









     

     

     

     

    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J-G-R-C-

     

     




      

     

      D 03 - 07 – 2014

     






     




    7 commentaires












  • Salade

     

     

     

    de riz rouge

     

     

    aux crevettes











    - préparation: 20 minutes.



    - cuisson : 25 minutes.





    Pour 4 personnes









    - 12 grosses crevettes cuites -



    - 250 g concombre -



    - 250 g riz rouge -



    - 1 oignon fane -



    - 2 petits citrons verts -



    - 2 cuillères à soupe de sauce nam pla



    (soupe de poisson Thaie) -



    -2 cuillères à soupe d'huile de sésame -



    - 1 cuillère à soupe d'huile d'olive -



    - sel, piment -







    RINCEZ le riz.



     

    Versez le dans une casserole



    avec le sel et une fois et demie



    son volume d'eau froide.



     

    Cuisez vingt cinq minutes



    à petite ébullition à couvert.





     

     

    DECORTIQUEZ quatre



    crevettes en gardant



    l’extrémité de la queue,



    réservez les pour le décor.



     

    Décortiquez le reste des crevettes

     

    et coupez les en dés.



     

    Lavez et épépinez le concombre.



    Coupez le en dés.





     

     

    MELANGEZ l'oignon émincé,



    le riz, le concombre



    et les crevettes.



     

    Assaisonnez avec le jus



    d'un citron, la sauce nam pla,



    les huiles, du sel et du piment.



     

    Répartissez dans quatre coupes.



     

    Décorez de rondelles de citron



    et des crevettes réservées.









    BON APPETIT












     



     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’INVITATION

     

     

    AU VOYAGE

     

     

     

     

     

    Mon enfant, ma sœur,

    Songe à la douceur

    D’aller là bas vivre ensemble !

    Aimer à loisir,

    Aimer et mourir

    Au pays qui te ressemble !

    Les soleils mouillés

    De ces ciels brouillés

    Pour mon esprit ont les charmes

    Si mystérieux

    De tes traîtres yeux,

    Brillant à travers leurs larmes.

     

    Là, tout n’est qu’un ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

    Des meubles luisants,

    Polis par les ans,

    Décoreraient notre chambre ;

    Les plus rares fleurs

    Mêlant leurs odeurs

    Aux vagues senteurs de l’ambre,

    Les riches plafonds,

    Les miroirs profonds,

    La splendeur orientale,

    Tout y parlerait

    A l’âme en secret

    La douce langue natale.

     

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

    Vois sur ces canaux

    Dormir ces vaisseaux

    Dont l’humeur est vagabonde :

    C’est pour assouvir

    Ton moindre désir

    Qu’ils viennent du bout du monde.

     

    Les soleils couchants

    Revêtent les champs,

    Les canaux, la ville entière,

    D’hyacinthe et d’or ;

    Le monde s’endort

    Dans une chaude lumière.

     

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     

     

    05/04/2017*-* 04/06/2013


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

    Crème





    Dauphinoise















     

     

    - temps de préparation : 10 minutes

     

    - temps de cuisson : 3 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    . 50 cl de lait entier.

     

    . 50 g de noix.

     

    . 2 œufs.

     

    . 1 cuillerée à soupe de maïzena.

     

    . 50 g de sucre.

     

    . 7 morceaux de sucre.

     

     

     

     

     

     

    Dans une casserole,



    Mettez le sucre, la maïzena



    Et les jaunes d’œufs.

     





     

    Délayez avec le lait froid



    En évitant de faire des grumeaux.

     

     





    Portez à feu doux,



     en tournant jusqu’à épaississement,



    C’est-à-dire au premier bouillon.

     

     





    Retirez du feu aussitôt.

     

     





    Préparez le caramel :



    Dans une petite casserole,



    Mettez les morceaux de sucre



    Avec une cuillerée à soupe d’eau,



    Portez à feu doux



    A peu près cinq minutes,



    Pour obtenir un caramel brun.

     

     





    Ajoutez hors du feu



    une cuillerée à café d’eau.

     





     

    Versez ce caramel dans la crème,



    En tournant,



    Puis les noix hachées grossièrement.

     





     

    Laissez refroidir complètement



    Avant d’ajouter les blancs



    Battus en neige.

     





     

    Versez dans les coupes



    Et mettez au frais. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    D  12-04-2013

      

     

     


    11 commentaires


  •  

     

     







    POÈME D’hier







    Charles









    BAUDELAIRE









    1821 - 1867



     

     

     

    Le LETHE















    Viens sur mon cœur, âme cruelle et sourde,

    Tigre adoré, monstre aux airs indolents;

    Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants

    Dans l'épaisseur de ta crinière lourde;





    Dans tes jupons remplis de ton parfum

    Ensevelir ma tète endolorie,

    Et respirer, comme une fleur flétrie,

    Le doux relent de mon amour défunt.





    Je veux dormir ! Dormir plutôt que vivre!

    Dans un sommeil aussi doux que la mort,

    J'étalerai mes baisers sans remords

    Sur ton beau corps poli comme le cuivre.





    Pour engloutir mes sanglots apaisés

    Rien ne me vaut l’abîme de ta couche;

    L'oubli puissant habite sur ta bouche,

    Et le léthé coule dans tes baisers.





    A mon destin, désormais mon délice,

    J'obéirai comme un prédestiné ;

    Martyr docile, innocent condamné,

    Dont la ferveur attise le supplice,





    Je sucerai, pour noyer ma rancœur,

    Le népenthès et la bonne ciguë

    Aux bouts charmants de cette gorge aiguë,

    Qui n' a jamais emprisonné de coeur.













    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-










     

     

     

     

    LA PHOTO ET PLUS A LA GACILLY   3/3    D 23/08/2019   

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POULET AU

     

     

     

    FROMAGE 

     

     

     

     

     

    Temps de préparation: 10 minutes

     

    Cuisson: 45 minutes


     

     

    - 1 Poulet.

     

    - 4 cuillères à soupe d’huile d’arachide.

     

    - 250g emmenthal.

     

    - 350g de comté.

     

    - 100g de parmesan.

     

    - ¼ de noix de muscade râpé.

     

    - 2 verres de vin blanc sec fruité.

     

    - sel et poivre.

     

     

     

     

     

     

    Salez et poivrez l’intérieur du poulet.

     

    Le cuire soit au four

     

    Dans un plat arrosé d’huile

     

    Soit à la broche badigeonné d’huile.

     

    Pendant ce temps,

     

    Faire fondre à feu doux l’emmenthal,

     

    Le comté et le parmesan

     

    Avec le vin blanc.

     

    Poivrez généreusement

     

    Et mettre la noix muscade.

     

     

     

    Le poulet étant cuit,

     

    Découpez et disposez les morceaux

     

    Dans un plat allant au four,

     

    L’arrosez du fromage

     

    Et mettre à gratiner

     

    A four chaud

     

     Ou à la salamandre.

     

     

     

     

     

     

     

    Bon appetit

     

     

     

     

     

     

     

     D    23-04-2017 

     


    22 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires