•  

     

     

     

     

     

     

     

      CHÂTEAU  FORTERESSE  DE  CHINON  37    1/3  -  4/10      D   25/05/2019

     

     

     

     

     

     

     

     





    POÈME D’hier





    Émile



    VERHAEREN









    1855 - 1916



    ARDEUR DES SENS



    ARDEUR DES COEURS















    Ardeur des sens, ardeur des cœurs, ardeur des âmes,

    Vains mots créés par ceux qui diminuent l'amour;

    Soleil, tu ne distingues pas d'entre tes flammes

    Celles du soir, de l'aube ou du midi des jours.





    Tu marches aveuglé par ta propre lumière,

    Dans le torride azur, sous les grands cieux cintrés,

    Ne sachant rien, sinon que ta force est plénière

    Et que ton feu travaille aux mystères sacrés.





    Car aimer, c'est agir et s'exalter sans trêve;

    O toi, dont la douceur baigne mon cœur altier,

    A quoi bon soupeser l'or pur de notre rêve?

    Je t'aime tout entière, avec mon être entier.













    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     




    7 commentaires










  • POÈME D’hier





    SAINT



    PAVIN









    1600 - 1670











    ---------







    .................















    Deux belles s'aiment tendrement,



    L'une pour l'autre s'intéresse,



    Et du meme trait qui les blesse,



    Elles souffrent également.





    Sans se plaindre de leur tourment,



    Toutes deux soupirent sans cesse,



    Tanstot l'une est la maîtresse,



    Tanstot la maîtresse est l'amant.





    Quoy qu'elles fassent pour se plaire,



    Leur cœur ne peut se satisfaire



    Elles perdent leurs plus beaux jours.





    Ces innocentent qui s'abusent



    Cherche en vain, dans leurs amours,



    Le plaisir qu'elles nous refusent.







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     

     

     



     

     

     

     


    11 commentaires












  • POÈME D’hier









    VERLAINE









    1844 - 1896









    LA CHANSON



    des



    ingénues

















    Nous sommes des ingénues

    Aux bandeaux plats, à l’œil bleu,

    Qui vivons presque inconnues,

    Dans les romans qu'on lit peu,





    Nous allons entrelacées,

    Et le jour n'est pas plus pur

    Que le fond de nos pensées,

    Et nos rêvés sont d'azur;





    Et nous courons par les prés

    Et rions et babillons

    Des aubes jusqu'aux vesprées,

    Et chassons aux papillons;





    Et des chapeaux de bergères

    Défendent notre fraîcheur,

    Et nos robes_ si légères_

    Sont d'une extrême blancheur;





    Les Richelieux, les Caussades

    Et les chevaliers Faublas

    Nous prodiguent les œillades

    Les saluts et les « hélas ! »





    Mais en vain, et leurs mimiques

    Se viennent cassez le nez

    Devant les plans ironiques

    De nos jupons détournés;





    Et notre candeur se raille

    Des imaginations

    De ces raseurs de muraille,

    Bien que parfois nous sentions





    Battre nos cœurs sous nos mantes

    A des pensers clandestins,

    En nous sachant les amantes

    Futures des libertins.











    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-



















     


    13 commentaires


  •  

     

     

    Suzanne  DRET    Deux âmes ont passé...           D    07/05/2019



     

     

     

    Suzanne  DRET    Deux âmes ont passé...           D    07/05/2019



















    POÈME D’hier











    Suzanne





    DRET





    0000 – 0000





















     





    DEUX  AMES

     

     

    ONT PASSE...

















    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.



    O len éveil de l'aube en les herbes dormant !



    La fusion fragile à quoi s'essaient deux ames



    Quel soleil l'aidera de plus complices flammes ?



    Quelles vesprée éparse en d''opulents étés ?



    Quels remous clairs du tremble en un lac reflétés ?



    Quelles sources riant leurs doux sanglots liquides ?



    Quels vallons fécondés ? Quels désertiques vides ?



    Quels sauront fondre en leur double isolement ?



    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.









    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.



    Et deux âmes, un soir, retombent au néant.



    Le soleil n'aura pas enténébré ses flammes.



    Quelles traces pourraient mourant, laisser deux âmes ?



    Quelles immortalité s'inquiéter d'un jour ?



    Et quel sens dégager un éphémère amour ?



    Deux âmes ont passé, comme ici bas tout passe.



    Quel sillage incolore aurait marqué l'espace ?



    Et quel ange accepté le tendre accablement ?



    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.







     

    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.



    Aucun feu n'a marqué leur sombre embrasement.



    Et pourtant _ o pudeur, o plénitude étrange _



    Une clarté divine incinère la fange !



    Un plan d'éternité prolonge le cosmos :



    Plus vaste que le temps, forte que le chaos,



    C'est l'instable harmonie où se fondent deux âmes :



    Un jour, il a suffit . Durée, o vives flammes,



    Ce jour est immortel d'un pur enfantement !





    Deux âmes ont passé par le monde en s'aimant.



















    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975











    J-G-R-C-






















     



     

     

     

     

     

    PORT ~ MUSÉE 1/4 ~~ 5/11  de  DOUARNENEZ      D   07/05/2019

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

    HENRI  REGNIER   Le bonheur           D   30/04/2016

     

     

     

     


     

     

    POEME D’hier

     

     

    Henri de REGNIER

     

    1864 – 1936

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    LE BONHEUR

     

     

     




    Sois heureuse ! qu’importe à tes yeux l’horizon


    Et l’aurore et la nuit et l’heure et la saison,


    Que ta fenêtre tremble aux souffles de l’hiver


    Ou que l’été, le vent du val ou de la mer




    Semble quelqu’un qui veut entrer et qu’on accueille.


    Sois heureuse, la source murmure, une feuille


    Déjà jaunie un peu tombe sur le sentier ;


    Une abeille s 'est prise aux fils de ton métier,




    Car le lin qu’il emploie est roux comme le miel ;


    Un nuage charmant est seul dans tout le ciel ;


    La pluie est douce ; l’ombre est moite. Sois heureuse.

     

    Le chemin est boueux et l’ornière se creuse,

     


    Que t’importe la terre où mènent les chemins !


    Sois heureuse d’hier et sure de demain ;


    N’as-tu pas, par ta chair divine et parfumée,


    L’ineffable pouvoir de pouvoir être aimée ?

     





    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975.





    J-G-R-C

     

     

     

     

     

    D  30-04-2016  *-*20-03-2012

     

    HENRI  REGNIER   Le bonheur           D   01/05/2019  R

     

     

     

     

     

     

     

     

     HISTOIRE DIVERS      D    30/04/2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ABBAYE &  SITE  RELIGIEUX:  1/3 - 5/10 ABBAYE de  FONTREVAUD  49        D   02/05/2019

     

     

     

     

     

     


    25 commentaires
  •  

     

     

     

     

    CABINET  SATIRIQUE       Un compagnon par charité ...          D    26/04/2019

     

     

    26  AVRIL

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier















    CABINET







     SATIRIQUE









    1660





    Un compagnon,



    par charité ...

















    Un compagnon, par charité,

    Fourbissait une dame;

    Et la dame, de son coté,

    Levoit le cul pour sauver l’âme.







    Elle se pâme de plaisir

    Quand elle eut fait mainte bricole

    Et s'écrie: « Hélas, mon désir

    Sauvez moy, mon âme s'envole!»







    Luy, qui la voyait aux abois,

    Immobile comme une souche,

    Pour fermer deux trous à la fois,

    Luy mit sa langue dans la bouche.







    « Beaux yeux, dit il, remplis d’appât,

    Mettez toute crainte en arrière,

    Votre âme ne s'enfuira pas

    Si vous bouchez bien le derrière. »























    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-GJ-G-R-C--R-C-





     

     

    CABINET  SATIRIQUE       Un compagnon par charité ...          D    26/04/2019

     

     



     

     

     

     

     

     

     Météo 

     

     à La Gacilly Morbihan  56

     

     

                                      10°min Lun. 22 avril 21°max  Réelle  24°

    06 h 30   Réelle 10°    9°min Mar. 23 avril 20°max  Réelle  19°

     07 h 00   Réelle 09°  10°min Mer. 24 avril 22°max  Réelle  17°

    06 h 00   Réelle 08°  12°min  Jeu. 25 avril 24°max  Réelle  17°

    06 h 00  Réelle 05°   13°min  Ven. 26 avril 23°max   Réelle  15°

    07 h 00  Réelle 08°   15°min  Sam. 27 avril 24°max   Réelle  15°

    07 h 00  Réelle 07°  15°min.  Dim. 28 avril 19°max   Réelle  15°  

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     




    16 commentaires


  •  

     


    NON AUX CASSEURS

     

    ET A LA VIOLENCE

    PORT ~ MUSÉE 1/4 ~~ 1/11  de  DOUARNENEZ      D   20/04/2019


    OUI A LA MANIFESTATION

     

    DANS LE  CALME

     

     

     

     



     

     

    Guy de TOURS    Ventre poupin        D   20/04/2019

     

     

    Est-ce que la maman

    d’un œuf de Pâques

    c’est une poule en chocolat ?

     

     











    POÈME D’hier





    Guy de







    TOURS









    XVII ° siècle







    VENTRE POUPIN















    Si le parfait consiste en chose ronde,

    Comme il est vray, petit ventre refait,

    Ventre poupin, tu es du tout parfait,

    Car rien plus rond ne se trouve en ce monde.





    Ceste beauté qui s'engendre de l'onde,

    Puis engendra cet enfant qui me fait

    Tant lamenter, ne l'avoit si bien fait,

    Passant la mer dans une coquille blonde.





    Tu es tout doux, tout gras, tout rebondi,

    Tout potelé, tout beau, tout arrondi,

    Tout blanc, tout net, tout gentil et tout leste!





    Mais si tu veux encore être plus rond,

    J'ai des outils, ventre, qui te feront

    Beaucoup plus rond que la rondeur céleste.



     

     

     

     

     



    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-













     

     

     



     

     

     



     

     

     


    15 commentaires
















  • POÈME D’hier







    Jean







    AUVRAY









    Début du XVII e siècle



     

     

     

     

     

    DE ROBIN





    AU





    GRAND NEZ















    Margot qui en riant se mordoit les oreilles,

    Tant la bouche elle avoit d'une énorme grandeur,

    A Robin qui avoit le nez grand à merveille,

    Reprochoit que son nez estoit un affronteur.

    « Puissiez vous, dit elle, au proverbe menteur,

    Et par l'anchre juger de la grosseur du câble.

    -Tout beau, ce dit Robin, n'entre point en fureur,

    Margot, accordons nous plutôt à l'amiable.

    Le proverbe est il pas, en ce point véritable,

    Qu'à la bouche on cognoit l'orifice d'en bas?

    C'est donc la vérité qui engendre une fable,

    Si mon nez est menteur, la bouche ne l'est pas. »







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-















     




    15 commentaires








  • POÈME D’hier





    Marc de



    PAPILLON









    1555 - 1615











    QUOI ?







    QU'EST CE QUE CECI ?















    Quoi ? Qu'est ce que ceci, ma mignonne es tu folle ?



    Ne te moques tu point ? Penses tu apaiser



    L'audace de mon feu par un simple baiser,



    D'un gracieux regard, d'une douce parole ?







    Ni pour la compagnie ! Il faut que je t'accole.



    Ne crains qu'on le découvre ; on ne peut t’adviser,



    Selon qu'il me plaît ore avec toi deviser,



    Assis sur cette chaire agréablement molle.

     





    Puis chacun parle à part, s'entretenant tout bas ;



    Faisons ainsi, afin qu'on ne s'en doute pas,



    Prenons l'occasion qui douce nous salue.

     

     



    Là, feignant d'admirer ton bel entendement,



    Te servant de moi, j'hausserai vitement



    Ton linge délié par ta jupe fendue.







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-





     

     

     

    TROPICAL PARC:  Préhistoire   2/2     D   09/04/2019

     

     

     








     




    17 commentaires


  •  

     

    Victor HUGO:   vieille chanson du jeune temps           D   02/04/2019

     

     









    POÈME D’hier





    Victor



    HUGO









    1802 - 1885







    VIEILLE CHANSON

     

     

    DU

     

     

    JEUNE TEMPS















    Je ne songeais pas à Rose

    Rose au bois vint avec moi;

    Nous parlions de quelque chose,

    Mais je ne sais plus de quoi.





    J'étais froid comme les marbres;

    Je marchais à pas distraits;

    Je parlais des fleurs, des arbres ;

    Son œil semblait dire : Après ?





    La rosée offre ses perles,

    Le taillis ses parasols;

    J'allais; j'écoutais les merles.

    Et Rose les rossignols.





    Moi, seize ans, et l'air morose.

    Elle vingt; ses yeux brillaient.

    Les rossignols chantaient Rose

    Et les merles me sifflaient.





    Rose droite sur ses hanches,

    Leva son beau bras tremblant

    Pour prendre une mure aux branches ;

    Je ne vis pas son bras blanc.









    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "CROIX ROUGE"

     



    « dernières nouvelles

    concernant ma jambe!»



    AprèS PLUS de 3 MOIS

    de soins et pansements

    chaque jour

    LES OEDEMES sont CICATRISES



    LA DERNIERE visite FIN MARS

    MA REDONNE L'AUTORISATION

    DE REMETTRE LES CHAUSSETTES

    DE CONTENTIONS



    merci a vous

    de VOTRE SOUTIEN PENDANT

    CETTE PERIODE





     

     

     

     

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique