•  

     

     

    GRESSET:  Quatorze  ans          D    12/04/2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     




    POEME D’hier

     

     

     

     

    GRESSET

     

     

     

    1709 – 1777 

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    QUATORZE ANS

     

     




    A quatorze ans, qu’on est novice !


    Je me sens bien quelques désirs ;


    Mais le moyen qu’on m’éclaircisse :


    Une fleur fait tous mes plaisirs ;


    La jouissance d’une rose


    Pour rendre heureux tous mes moments ;


    Et comment aimer autre chose

     


    A quatorze ans, a quatorze ans ?





    Je mets plus d’art à ma coiffure,


    Je ne sais quoi vient m’inspirer ;


    N’est ce donc que pour la figure


    Qu’on aime tant à se parer ?


    Toutes les nuits, quand je repose,


    Je rêve, mais a des rubans ;


    Et comment rêver d’autre chose


    A quatorze ans, a quatorze ans ?





    Une rose venait d’éclore ;


    Je l’observais ; sans y songer ;


    C’était au lever de l’aurore ;


    Le zéphyr vint le caresser.


    C’est donc quand la fleur est éclose


    Qu’on voit voltiger les amants ;


    Mais, hélas ! est on quelque chose


    A quatorze ans, a quatorze ans ?





    Diffusion François Beauval
     

     

    1ér trimestre 1975

     

     

     



    J-G-R-C


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    R.  12/04/2016

     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

    FESTIVAL  PHOTO  2018  LA  GACILLY       D    14/07/2018     1/3

     FESTIVAL  PHOTO  2018  LA  GACILLY       D    14/07/2018     1/3

    FESTIVAL  PHOTO  2018  LA  GACILLY       D    14/07/2018     1/3

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

    FESTIVAL PHOTO  2018  LA  GACILLY      D      16/07/2018    2/3

     

     

     

    Le maillot à deux étoiles

    dévoilé par

    l'équipementier

    de l'équipe de France

     

     

                                                                                                                                                                


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

    JAMMES Francis

     

     

     

     

    1868 - 1938

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA MAISON

     

    SERAIT PLEINE

     

    DE ROSES…

     

     

     

     

     

    La maison serait pleine de roses et de guêpes.

     

    On y entendrait, l’après midi, sonner les vêpres:

     

    Et les raisins couleur de pierre transparente

     

    Sembleraient dormir au soleil sous l’ombre lente.

     

    Comme je t’y aimerais, je te donne tout mon cœur

     

    Qui a vingt quatre ans, ret mon esprit moqueur,

     

    Mon orgeuil et ma poésie de roses blanches;

     

    Et pourtant je ne te connais pas, tu n’existes pas.

     

    Je vais seulement que, si tu étais vivante,

     

    Et si tu étais comme moi au fond de la prairie,

     

    Nous nous baiserions en riant sous les abeilles blondes,

     

    Près du ruisseau frais, sous les feuilles profondes.

     

    On n’entendrait que la chaleur du soleil.

     

    Tu aurais l’ombre des noisetiers sur ton oreille,

     

    Puis nous mêlerions nos bouches, cessant de rire,

     

    Pour dire notre amour que l’on ne peut pas dire;

     

    Et je trouverais, sur le rouge de tes lèvres,

     

    Le goût des raisins blonds, des roses rouges

     

    et des guêpes.

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    R.  0 6-05-2016   22-03-2012


    35 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA MORT

     

    DES AMANTS

     

     

     

     

     

     

    Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,

    Des divans profonds comme des tombeaux,

    Et d’étranges fleurs sur des étagères,

    Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

     

     

    Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,

    Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux,

    Qui réfléchiront leurs doubles lumières

    Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

     

     

    Un soir fait de rose et de bleu mystique,

    Nous échangerons un éclair unique,

    Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux ;

     

     

    Et plus tard un ange, entr’ouvant les portes,

    Viendra ranimer, fidèle et joyeux,

    Les miroirs ternis et les flammes mortes.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

    J-G-R-C 

     

     

     

     

     

     

    R.18-04-2016     08-03-2012

     


    36 commentaires


  •  

     

     



     

     

     







    POÈME D’hier









    VERLAINE









    1844 - 1896









    DONC CE SERA



    PAR UN CLAIR



    JOUR D'ETE

















    Donc , ce sera par un clair jour d'été:

    Le grand soleil, complice de ma joie,

    Fera, parmi le satin et la soie,

    Plus belle encor votre chère beauté;







    Le ciel tout bleu, comme une haute tente,

    Frissonnera somptueux à long plis

    Sur nos deux fronts heureux qu'auront palis

    L'émotion du bonheur et de l'attente;







    Et quand le soir viendra, l'air sera doux

    Qui se jouera, caressant, dans vos voiles,

    Et les regards paisibles des étoiles

    Bien vaillamment souriront aux époux.





    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-















     

     

     



     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     

     

     

     













    POÈME D’hier









    Paul ELUARD





    1898 - 1952

































    TA CHEVELURE





    D'ORANGES



















    Ta chevelure d'oranges dans le vide du monde



    Dans le vide des vitres lourdes de silence



    Et d'ombre où mes mains nues cherchent tous tes reflets.









    La forme de ton cœur est chimérique



    Et ton amour ressemble à mon désir perdu



    O soupirs d'ambre, rêves, regards.









    Mais tu n'as pas toujours été avec moi. Ma mémoire



    Est encore obscurcie de t'avoir vu venir



    Et partir. Le temps se sert de mots comme l'amour.























    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975











    J-G-R-C-



















     

     

     

     

     

     

     

    LE BLOG AVEC LA PHOTO

    VOUS PROPOSE AUJOURD'HUI

    un nouvel épisode du

    FESTIVAL PHOTO DE LA GACILLY 

    http://aveclaphoto.eklablog.com/

     

     

    FESTIVAL PHOTO  2018  LA  GACILLY    D  27/06/2018      1/2

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires


  •  

     

     

    Stéphane  MALLARMÉ:   Sonnet     D    21/06/2018

     

     

     







    POÈME D’hier













    MALLARME  Stéphane









    1842- 1898



















    SONNET





    Quelle soie aux baumes de temps. 

    Où la chimère s'exténue

    Vaut la torse et native nue

    Que hors de ton miroir, tu tends!



    Les trous de drapeaux méditants

    S'exaltent dans notre avenue:

    Moi, j'ai la chevelure nue

    Pour enfouir mes yeux contents.



    Non! la bouche ne sera sure,

    De rien goûter à sa morsure,

    S'il ne fait, ton princier amant,



    Dans la considérable touffe

    Expirer, comme un diamant,

    Le cri des gloires qu'il étouffes. 







    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975





    J-G-R-C-



















     

     

     

     

    Stéphane  MALLARMÉ:   Sonnet     D    21/06/2018

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  



     

     

     

     





    POÈME D’hier















    Cabinet satyrique









    1660



















    UN COMPAGNON



    PAR CHARITE























    Un compagnon, par charité,



    Fourbissait une dame;



    Et la dame, de son coté,



    Levoit le cul pour sauver l'ame.









    Elle se pâme de plaisir



    Quand elle eut fait mainte bricole



    Et s'écrie: Hélas! Mon désir.



    Sauvez moy, mon âme s'envole.









    Luy, qui la voyait aux abois,



    Immobile comme une souche,



    Pour fermer deux trous à la fois,



    Luy mit sa langue dans la bouche.









    «Beaux yeux, dit il , remplis d'appas,



    Mettez toute crainte en arrière,



    Votre âme ne s'enfuira pas



    Si vous bouchez bien le derrière».























    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975







    J-G-R-C-



























     




    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique