• Chapelle  Sainte  ANNE  la  Palud  4/4  PLONEVEZ  PORZAY   29       D  16/03/2019









    POÈME D’hier





    Jean



    CAYROL









    0000 - 0000



    suite du 09/03/2019       2/2





    BREF AMOUR



























    - pas une nuit qui n'ait tremblé

    en toi -





    ton ombre

    pareille à un nœud

    que je ne peux défaire

    avec les mains

    avec les dents





    ton ombre pareille

    à une fin de journée

    sur la mer





    le reste de la nuit

    les jours qui suivirent

    et ce château solitaire

    au fond de notre amour





    comme je l'imagine bien

    quand tu es là

    le vieux coin de la rue

    t'est dévoué

    le jardin

    le ciel plus foncé dans tes bras

    Voici le premier mot

    comme de belles épaules

    qu'on découvre



    je serre ton silence

    dans mon silence

    je te vois plus malheureuse

    que ton chagrin

    plus pauvre

    que nue



    j'étais un enfant

    pour aimer

    j'étais un homme

    pour oublier

    j'étais un mort

    pour espérer



    lit ferme comme un pain

    je te sens nue sans te trouver

    je te sens vivre sans te parler

    je te sens rire sur mes lèvres



    pourquoi m'effraye de ton sommeil

    où je n'ai plus de temps

    à vivre



    hier c'était hier

    que je cherchais dans tes yeux

    aujourd'hui je te regarde

    je suis tranquille



    mais demain

    demain tout froissé

    ou tu poses ta tète



    qu'irais je lire

    dans un livre que tu as lu

    ses mots mouillés encore

    par tes lèvres

    ce livre clair

    quand tu fermes les yeux

    et la chair du silence

    tes lèvres.





    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-





    2/2







     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chapelle  Sainte  ANNE  la  Palud  4/4  PLONEVEZ  PORZAY   29       D  16/03/2019

     

     

     

     

    Chapelle  Sainte  ANNE  la  Palud  4/4  PLONEVEZ  PORZAY   29       D  16/03/2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     




    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CRABES

     

     

     

     

    FARCIS

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 15 minutes.

     

    - temps de cuisson: environ 45 minutes.

     

     

     

     

    - pour 4 personnes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - 4 Carapaces vides

     

     

    ( à défaut utiliser des ramequins).

     

     

    - 130 g de chair de crabe

     

     

    ( fraîche, décongelée, ou conserve).

     

     

    - 60 g de pain.

     

     

    - 1pincée de sel.

     

     

    - ½ jus de citron vert.

     

     

    - 1 gousse d'ail.

     

     

    - 2 oignons de pays (cives).

     

     

    - 1 bouquet garni .

     

     

    - 1 pincée de mélange 4 épices.

     

     

    - 1 piment .

     

     

    - 1 filet d'huile d'olive.

     

     

    - 30 g chapelure

     

     

    ou de pain rassis mixé.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - Mettez votre pain

     

     à tremper dans

     

     

    de l'eau froide

     

    pendant vingt minutes.

     

     

     

     

    - Coupez finement

     

     

    l'oignon et le piment.

     

     

     

     

    - Pressez le pain humide

     

    afin d'extraire

     

    le maximum d'eau

     

    et le passer dans la grille

     

    la plus fine

     

    du moulin à légumes .

     

     

     

     

    - Dans une poêle,

     

    mettre à chauffer

     

    un filet d'huile,

     

     

    puis y verser

     

    la chair de crabe,

     

    la cive et le piment.

     

     

    Faire revenir

     

    pendant une minute,

     

     

    puis incorporer

     

    les 60 g de pain

     

    et mélanger.

     

     

     

     

    - Hors du feu,

     

    ajouter l'ail pressé,

     

    le mélange 4 épices

     

    et le bouquet garni,

     

    le sel et le jus citron.

     

     

     

     

    Mélanger,

     

     

    la farce est prête!

     

     

    .

     

    - Garnir les carapaces

     

    de crabe de cette farce

     

     

    puis saupoudrer

     

     

    de chapelure.

      

     

    Enfournez

     

    en position grill,

     

    jusqu'à ce que

     

    la chapelure soit dorée..

     

     

     

     

    - Laissez tiédir

     

    et servir accompagnés

     

     

    de salade.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires










  • POÈME D’hier





    Jean



    CAYROL









    0000 - 0000



    1/2





    BREF AMOUR















    Comme la folle avoine une fleur

    sous la pluie

    comme le vent qui va refusant

    à un arbre

    comme la nuit qui tend ses bras

    sans y penser

    comme la mer qui brûle sa dernière vague

    au soleil





    tu n'es plus que celle

    dont je voyais le visage

    étincelant

    sous les poignards







    en toi est le poids de la pêche

    la rumeur des visages

    dans les raisins

    et l'odeur navrée du fruit

    qui pourrit





    tu n'as que toi

    au delà de toi même





    la terre parait frivole

    entre tes jambes.





    Baiser de nuit et fuyant

    ce n'est pas le moins tragique

    à l'aube







    on frappe à la porte





    avec toi

    on frappe toujours à la porte

    et dans tes cheveux

    c'est le silence le désert

    la solitude

    on frappe à la porte

    on a l'air de frapper

    à une porte





    c'était la même nuit

    que je trouvais en toi

    c'était toujours la même nuit

    plus pale qu'une boule de verre

    dans tes bains

    comme une jacinthe d'avril

    qui s'éteint





    c'était toujours la même nuit





    on ne sait plus que faire

    de cette nuit





    ne perdons pas de temps

    ce fruit

    répond de notre amour jeune



    et je te trouve pareille

    à ton ombre

    celle qui est toujours

    en plein soleil







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-





    1/2 SUITE  le 16/03/2019









    Jean  CAYROL        Bref  Amour  1/2         D    09/03/2019

     




    11 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    VELOUTE

     

     

     

     

     

     

    DE MACHE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 15 minutes-

     

     

    - cuisson: 20 minutes-

     

     

     

     

     

     

    pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     

    . 500 g de mâche.

     

     

    . 2 courgettes.

     

     

    . 2 échalotes.

     

     

    . 30 cl de lait entier.

     

     

    . 30 g de beurre.

     

     

    . 100 g haricots verts.

     

     

    . sel.

     

     

    .poivre du moulin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) Lavez et essorez la mâche.

     

     

     

    Rincez les courgettes,

     

     

    puis coupez leurs extrémités..

     

     

     

    Détaillez les en rondelles.

     

     

     

    Pelez et émincez

     

     

    très finement les échalotes.

     

     

     

     

     

     

    B) Faites chauffer le beurre

     

     

    dans une sauteuse,

     

     

    mettez les échalotes à blondir

     

     

    en remuant constamment,

     

     

    puis ajoutez la mâche

     

     

    et les rondelles de courgettes.

     

     

     

    Mélangez à la cuillère en bois

     

     

    pendant deux à trois minutes,

     

     

    versez ensuite 30 cl d'eau

     

     

    chaude et salez.

     

     

     

    Laissez frémir

     

     

    pendant quinze minutes.

     

     

     

    Passez le tout

     

     

    au mixeur ou au blender,

     

     

    puis réservez.

     

     

     

     

     

     

    C) Au moment de servir,

     

     

    faites chauffer le lait

     

     

    dans une casserole.

     

     

     

    Mélangez la soupe

     

     

    avec le lait chaud

     

     

    et donnez quelques tours

     

     

    de moulin à poivre.

     

     

     

    Versez dans une soupière

     

     

    ou directement dans des bols

     

     

    ou des assiettes à soupe.

     

     

     

     

     

     

     

    SERVEZ BIEN CHAUD.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires


  •  

     

    ABBAYE &  SITE  RELIGIEUX:  1/4 - 1/10 ABBAYE de  FONTREVAUD  49        D   02/03/2019

     

     







    POÈME D’hier





    Alfred de



    MUSSET









    1810 - 1857









    A NINON

















    Si je vous le disais, pourtant, que je vous aime,

    Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?

    L'' amour, vous le savez, cause une peine extrême ;

    C'est un mal sans pitié que vous plaignez vous même ;

    Peut erre cependant que vous m'en puniriez.



     

    Si je vous le disais que six mois de silence

    Cachent de longs tourments et des vœux insensés ;

    Ninon, vous êtes fine, et votre insouciance

    Se plaît, comme une fée, à deviner d'avance ;

    Vous me répondriez peut être : je le sais.



     

    Si je vous le disais, qu'une douce folie

    A fait de moi votre ombre, et m'attache à vos pas ;

    Un petit air de doute et de mélancolie,

    Vous le savez, Ninon, vous rend bien plus jolie ;

    Peut être diriez vous que vous n'y croyez pas.





    Si je vous le disais, que j'emporte dans l’âme

    Jusques aux moindres mots de nos propos du soir ;

    Un regard offensé, vous le savez, madame,

    Change deux yeux d'azur en deux éclairs de flamme ;

    Vous me défendriez peut être de vous voir.





    Si je vous le disais, que chaque nuit je veille ;

    Que chaque jour je pleure et je prie à genoux :

    Ninon, quand vous riez vous savez qu'une abeille

    Prendrait pour une fleur votre bouche vermeille,

    Si je vous le disais, peut être en ririez vous.



     

    Mais vous n'en sauriez rien; je viens , sans en rien dire.

    M'asseoir sous votre lampe et causer avec vous ;

    Votre voix, je l'entends, votre air je le respire ;

    Et vous pouvez douter, deviner et sourire,

    Vos yeux ne verront pas de quoi m’être moins doux.





    Je récolte en secret des fleurs mystérieuses :

    Le soir, derrière vous, j'écoute au piano

    Chanter sur le clavier vos mains harmonieuses,

    Et dans les tourbillons de nos valses joyeuses,

    Je vous sens dans mes bras plier comme un roseau.

     



    La nuit, quand de si loin le monde nous sépare,

    Quand je rentre chez moi pour tirer mes verrous,

    De mille souvenirs en jaloux je m'empare ;

    Et là, seule devant Dieu, plein d'une joie avare,

    J'ouvre comme un trésor mon cœur tout plein de vous.





    J'aime, et je sais répondre avec indifférence ;

    J'aime, et rien ne le dit : j'aime, et seul je le sais ;

    Et mon secret m'est cher , et chère est ma souffrance,

    Mais non pas sans bonheur; je vous vois c'est assez.





    Non, je n'étais pas né pour ce bonheur suprême,

    De mourir dans vos bras et de vivre à vos pieds,

    Tout me le prouve, hélas! jusqu'à ma douleur même...

    Si je vous le disais, pourtant que je vous aime,

    Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez.







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-























     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    TARTE

     

     

    AU

     

     

    MAIS

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .préparation: 30 minutes.

     

    .cuisson: 40 minutes.

     

     

    -pour 6 personnes-

     

     

     

     

     

     

    PATE BRISEE:

     

    .200 g de farine.

     

    .100 g de beurre.

     

    .½ cuillère à café de sel fin.

     

    .½ verre d'eau environ.

     

     

     

     

     

     

     

    GARNITURE

     

    .1 boite de mais doux en grain 250 g.

     

    .150 g de lard fumé.

     

    .3 œufs.

     

    .100g de crème fraîche.

     

    .ciboulette.

     

    .sel & poivre.

     

     

     

     

    1) Préparez une pâte brisée:

     

    Mettez la farine dans une terrine,

    faites un puits.

     

    Ajoutez le sel et le beurre coupé

    en très petits morceaux.

     

    Effritez du bout des doigts.

     

    Incorporez peu à peu l'eau.

     

    Amalgamez de façon

    à former une boule

    et laissez reposer 30 minutes.

     

     

     

    2) Etalez la pâte,

    foncez un moule à tarte.

     

    Piquez la pâte avec une fourchette

    pour éviter qu'elle ne gonfle

    et faites cuire à blanc

    10 minutes (th 6- 180°).

     

     

    3) Coupez le lard en petits cubes.

     

    Faites le cuire 3 minutes

    dans une eau bouillante.

     

     

    4) Battez les œufs dans un saladier,

    ajoutez la crème,

    le mais égoutté,

    la ciboulette hachée.

     

    Salez & poivrez.

     

     

    5) Disposez les lardons

    sur le fond de tarte.

     

     

    6) Versez la garniture

    et enfournez pour 30 minutes.

     

     

     

     

    Bon appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires






  • POÈME D’hier





    Émile



    VERHAEREN









    1855 - 1916

     

     



    POUR QUE RIEN



    DE NOUS DEUX...















    Pour que rien de nous deux n'échappe à notre étreinte,

    Si profonde qu’elle en est sainte

    Et qu'à travers le corps même, l’amour soit clair;

    Nous descendons ensemble au jardin de la chair.





    Tes seins sont là ainsi que tes offrandes,

    Et tes deux mains me sont tendues:

    Et rien ne vaut la naïve provende

    Des paroles dites et entendues.





    L'ombre des rameaux blancs voyage

    Parmi ta gorge et ton visage

    Et tes cheveux dénouent leur floraison,

    En guirlandes, sur les gazons.





    La nuit est toute d'argent bleu,

    La nuit est un beau lit silencieux,

    La nuit douce, dont les brises vont, une à une,

    Effeuiller les grands lys dardés au clair de lune.









    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     

     

     



     

    CHÂTEAU  D'USSE  37           D      25/02/2019  ----  8/8

     

     

     

     

     

     

    CHÂTEAU  D'USSE  37           D      25/02/2019  ----  8/8

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    GENOISE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -Temps de préparation: 25 minutes.

     

     

     

    -Cuisson : 30 minutes.

     

     

     

     

     

    Pour 06 personnes



    - 4 œuf.

     

    - 125 g de sucre.

     

     

    - 125 g de farine.

     

     

    - 80g de beurre.

     

     

     

    - + beurre et farine pour le moule.

     

     

     

     

     

    - Préchauffez le four

     

    à 140° C (th.4).

     

     

     

    Beurrez un moule

     

    à manque de 22 cm de diamètre

     

    et saupoudrez le de farine.

     

     

    Faites chauffer de l'eau

     

    dans une casserole.

     

     

     

    - Faites fondre le beurre.

     

     

    Cassez les œufs dans une jatte

     

    supportant la chaleur

     

    et ajoutez le sucre.

     

     

    Posez la jatte en bain marie

     

    dans l'eau chaude,

     

    mais non bouillante,

     

    et fouettez rapidement jusqu'à

     

    ce que le mélange atteigne

     

    environ 40° C (tiède sous le doigt).

     

     

    Retirez la jatte

     

    et continuez à fouetter

     

    pour refroidir le mélange.

     

     

     

     

    - Versez doucement la farine

     

    et le beurre fondu

     

    et incorporez les délicatement

     

    avec une spatule pour ne pas

     

    faire retomber la préparation.

     

     

     

    - Versez la pâte dans le moule

     

    laissez cuire au four

     

    de 25 à 30 minutes.

     

     

    Démoulez sur une grille.

     

     

     

    - Lorsque le biscuit est bien froid,

     

    coupez le en 2 ou 3 disques égaux

     

    et fourrez le de confiture,

     

    de ganache au chocolat,

     

    de crème au beurre,

     

    de fruits, etc....

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires


























  • POÈME D’hier











    Hortense de





    VILLEDIEU





    1632 – 1683



























    JOUISSANCE





















    Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,





    Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur





    Triomphe impunément de toute ma pudeur

     



    Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.







    Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée;

     

     

    Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur



     

    Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur



     

    Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.







    O vous faibles esprits, qui ne connaissez pas



     

    Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici bas,



     

    Apprenez les transports dont mon âme est ravie !



     

    Une douce langueur m’ôte le sentiment,



     

    Je meurs entre les bras de mon infidèle amant,



     

    Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.



















    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975











    J-G-R-C-


















     




    11 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    SOUPE

     

     

     

     

    SAVOYARDE

     

     

     

     

     

    .préparation: 15 minutes.

     

     

    .cuisson: 1 heure 30 minutes.

     

     

     

     

    -pour 6 personnes-

     

     

     

     

     

     

     

    . 2 poireaux.

     

    . 1 navet.

     

    . 1 branche de céleri.

     

    . 500 g de pomme de terre.

     

    . 50 cl de lait.

     

    . 60 g de beurre.

     

    .4 brins de persil plat.

     

    .sel & poivre du moulin .

     

     

     

    POUR SERVIR

     

     

    .12 tranches de pain.

     

     

    .180 g de gruyère.

     

     

     

     

    1) Pelez les légumes et lavez les.

     

     

    Coupez en fines rondelles

     

    les poireaux,

     

    le navet et le céleri.

     

     

    Faites fondre le beurre

     

    dans une cocotte, ajoutez

     

    les rondelles de légumes.

     

     

    Faites les revenir à feu vif

     

    pendant quelques minutes,

     

    puis couvrez.

     

     

    Laissez cuire

     

    vingt minutes sur feu doux.

     

     

     

     

    2) Ajoutez les pommes de terre

     

    coupées en petits cubes

     

    et deux litres d'eau tiède.

     

     

    Salez, poivrez, couvrez.

     

     

    Laissez cuire pendant

     

    une heure à feu doux

     

    en tournant de temps en temps.

     

     

     

     

    3 ) quinze minutes avant la fin

     

    de la cuisson,

     

    versez le lait et mélangez.

     

     

    Coupez le gruyère

     

    en fines lamelles.

     

     

    Grillez les tranches de pain.

     

     

    Mettez les dans une soupière,

     

    recouvrez les

     

    de lamelles de gruyère.

     

     

    Versez dessus

     

    la soupe bouillante et servez.

     

     

     

     

     

    #Vous pouvez aussi remplacer

     

    les lamelles de gruyère

     

    par des lamelles de reblochon.

     

     

     

     

     

     

     

    Bon appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE  REBLOCHON

     

    Résultat de recherche d'images pour "reblochon"Résultat de recherche d'images pour "reblochon"Résultat de recherche d'images pour "reblochon"Résultat de recherche d'images pour "reblochon"Résultat de recherche d'images pour "reblochon"Résultat de recherche d'images pour "reblochon"

     

      

     







    Il doit son nom à sa fabrication

     

     

    d'abord clandestine

     

     

    à partir d'une deuxième traite

     

     

    non officiellement déclarée

     

     

    par les métayers ou les bergers

     

     

    savoyards, la rebloche.



     

    Ainsi il échappait aux redevances

     

     

    exigées par les seigneurs,

     

     

    qu'ils soient laïcs ou religieux.







     

     

     

    CHÂTEAU  D'USSE  37           D      16/02/2019  ----  6/8

     

     

     


    12 commentaires