•  

     

    PROVERBE DU MONDE        D  02/06/2017

     

     

     

    • vous propose le festival photo

     

    • de LA GACILLY - GLENAC -

     

    • LA CHAPELLE GACELINE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    Alfred de MUSSET

     

     

    1810 – 1857

     

     

     

     

    Alfred de MUSSET

     

    À

     

    George  SAND

     

     

     

    Quand je jure à vos pieds d’un éternel hommage

    Voulez vous q’un instant je change de visage ?

    Vous avez capturé les sentiments d’un cœur

    Que pour vous adorer forma le créateur.

     

    Je vous chéris, amour, et ma plume en délire

    Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

    Avec soin de mes vers lisez les premiers mots

    Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

     

     

     

    George  SAND

     

    À

     

    Alfred de MUSSET

     

     

     

    Cette faveur que votre cœur réclame

    Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    RECETTE ENTREE

     

     

     

     

     

     

     

     

     LES CREVETTES

     

     

    A LA NORMANDE

     

     

    - temps de préparation : 5 minutes

     

    - temps de cuisson : 10 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    -  400g de crevettes.

     

    -  75cl de cidre du pays.

     

    -  sel et poivre.

     

    - 10cl de calvados.

     

     

     

     

     

    Lavez les crevettes.

     

     

    Dans une casserole mettez

     

     le cidre , le calvados ;

     

    le sel, le poivre

     

    et faites chauffer.

     

     

    Des que l’ébullition commence

     

    Jetez les crevettes.

     

     

    Laissez frémir dix minutes.

     

     

    Egouttez les,

     

    Disposez les en buisson

     

     dans un plat,

     

    Et servez avec des tranches

     

     de pain beurré.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     21-07-2014


    22 commentaires
  •   

      

      

      

    POÈME D’hier 

      

      

    MIRABEAU 

      

      

    1749 - 1791 

      

      

      

      

      

    3/3 

      

    LES VICTIMES (1) 

      

      

      

    C’est toi, tout entière ; ô Sophie,

    Quand ton corps souple et scrupuleux

    Sous ma grosse face bouffie,

    Sous mon front large et pustuleux,

    Se débat et roule en délire,

    Comme, dans le creux d’un ravin,

    La nymphe, sous son vieux satyre,

    Tout gonflé d’amour et de vin.

     

     

    Va, tu n’es pas une Française,

    Qui n’aime que du bout des dents,

    Ton corps en prend tout à son aise,

    Et tes baisers sont bien mordants !

    Oh ! Viens, ma bacchante romaine,

    Laisse mon bras te dérouler,

    Laisse moi boire ton haleine,

    Laisse moi te décheveler !

     

     

    O dieu ! Que ma Sophie est belle,

    Quand le rouge lui monte au front !

    Que de  beauté son corps révèle

    Dans cet instant sublime et prompt !

    Son œil blanchit et s’illumine,

    Et son flan plein de volupté

    Surpasse en ardeurs Messaline

    Et l’antique lubricité !

     

     

    Sophie !...ah ! Malheur et misère !

    Le songe a fui rapidement,

    Mon âme retombe à la terre,

    Tout n’est qu’erreur isolement !

    Maintenant morne et taciturne,

    Loin de mes rêves étouffants,

    Je suis triste comme saturne

    Qui vient d’immoler ses enfants.

     

     

    3/3  

     

      

    (1) Ecrit à Vincennes, 

    Où le  fougueux tribun 

     Avait été incarcéré 

    En 1777 après qu’il eut enlevé 

     Sophie de RUFFEY, 

    La jeune épouse du 

    Marquis de MONNIER. 

      

    Diffusion François Beauval 

    1ér trimestre 1975 

      

    J-G-R-C- 

      

      

      

      

    MIRABEAU:   les victimes  3/3        D   26/05/2017

     

      


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    STEAK de THON

     

     

    A la

     

     

    Sauce créole

     

     

     

     

    Temps de préparation: 10 minutes

    Cuisson : 20 minutes

    Pour 4 personnes





     

     

    - 4 darnes de thon.

    - 4 cuillères d’huile de mais.

    - 60g de beurre.

    - 5 gousses d’ail.

    - 1 cuillère de purée de piment.

    (Selon votre goût)

    - 10/12cl de vin blanc sec.

    - 3 cuillères à soupe

    De sauce de soja.

     

     

     

     

     

     

    1 Faire revenir les darnes de thon

    Des deux cotés dans l‘huile.

     

    Ecrasez les gousses d’ail

    Et le beurre en pommade.

     

     

    2 enduisez les steaks de poisson

    Avec ce beurre d’ail.

     

    Ajoutez le vin blanc

     Et la purée de piment,

     Cuisez à petit feu.

     

    3 versez la sauce de soja

    Sur le poisson cuit.

     

     

     

     

    Servez bien chaud.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •   

      

      

      

    POÈME D’hier 

      

      

    MIRABEAU 

      

      

    1749 - 1791 

      

      

      

      

      

    2/3 

      

    LES VICTIMES (1) 

      

      

      

    L’heure a sonné ! Divin prestige,

    Sa voix d’airain brise mes fers !

    Je sens peser comme un vertige

    Sur mes yeux troublés et couverts !

    Hors de ses gonds ma porte roule,

    Bondit et tombe avec fracas,

    Mur épais, donjon, tout s’écroule,

    Et ma Sophie est dans mes bras !

     

     

    Allons, que de nard on m’arrose.

    Foin de la tristesse et des pleurs !

    Enfants, des couronnes de rose,

    Du vin, des coussins et des fleurs !

    Qu’un ciel tout ivre nous éclaire,

    Amour, empoisonne mes sens,

    Et toi, Vénus la populaire,

    A toi mon hymne et mon encens.

     

     

    A toi cette fleur, ô déesse !

    Je la jette sur ton autel,

    Cette rose, c’est ma maîtresse,

    Digne d’un dieu, d’un immortel.

    Cette rose, c’est sa poitrine,

    C’est sa cuisine au contour nerveux,

    C’est sa peau, c’est l’odeur divine

    Qui coule de ses bruns cheveux.

     

     

     

    2/3 A suivre ... 

      

    3/3  le  26 Mai 

     

      

    (1) Ecrit à Vincennes, 

    Où le  fougueux tribun 

     Avait été incarcéré 

    En 1777 après qu’il eut enlevé 

     Sophie de RUFFEY, 

    La jeune épouse du 

    Marquis de MONNIER. 

      

    Diffusion François Beauval 

    1ér trimestre 1975 

      

    J-G-R-C- 

      

      

      

      

     

      


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CROQUETTES

     

    DANOISES

     

     

     

     

    Temps de préparation: 15 minutes

     

    Cuisson : 15 minutes

    Pour : 04  personnes

     

     

     




     

     

    - 500 g de veau haché.

     

    - 500 g de porc haché.

     

    - 4 cuillères à soupe huile d’arachide.

     

    - 1 oignon haché.

     

    - 1 œuf.

     

    - 50g de farine.

     

    - 50 g de beurre.

     

    - sel et poivre.

     

     

     

     

     

    Mélangez le veau, le porc,

    L’oignon et la farine.

     

    Incorporez l’œuf,

     Le sel et le poivre.

     

    Mettre au réfrigérateur

    Pendant 45 minutes.

     

    Formez ensuite 8 croquettes

    En forme de palets

     De 150 g environ.

     

    Dans une poêle faites chauffer

    L’huile et le beurre,

    Dès disparition de la mousse

    Cuisez les croquettes

    A raison

    De cinq minutes par face.

     

    Tenez les au chaud.

     

    Servez les avec une salade

    De concombre à la crème.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BONNE

    DÉGUSTATION

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    MIRABEAU

     

     

    1749 - 1791

     

     

     

     

     

    1/3

     

    LES VICTIMES (1) 

     

     

     

    Sophie, ô mon amour, mon ange !

    Vainement un pouvoir obscur

    Nous  a jetés, comme la fange,

    Dans le fond d’un cloaque impur:

    Du nom de fille repentie

    On a beau flétrir ton destin,

    Oh ! Va, ma grande pervertie,

    Sophie, ô sublime catin !

     

    Sous l’air pesant d’une bastille,

    Dans les flancs d’un donjon armé,

    Malgré la geôle avec sa grille,

    Malgré mon cachot enfumé,

    Malgré ma paillasse elle-même,

    Malgré le froid de mes carreaux,

    Je suis toujours libre, et je t’aime

    A la barbe de mes bourreaux !

     

     

    Va, je les brave et je les raille,

    Car en dépit de leurs tourments,

    A travers barreaux et muraille

    Amour unit nos cœurs aimants :

    Oui ; tous les jours, à la même heure,

    Le dieu vient soulager nos maux,

    Et sa main, dans notre demeure,

    Fait reluire encor ses flambeaux.

     

     

    1/3 A suivre ...

     

    2/3   le  20 Mai

     

    3/3  le  26 Mai

     

    (1) Ecrit à Vincennes,

    Où le  fougueux tribun

     Avait été incarcéré

    En 1777 après qu’il eut enlevé

     Sophie de RUFFEY,

    La jeune épouse du

    Marquis de MONNIER.

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires