•  









    POÈME D’hier







    Gérard











    de nerval









    1808 - 1855







    LES 





    CYDALISES



















    Où sont nos amoureuses?



    Elles sont au tombeau:



    Elles sont plus heureuses,



    Dans un séjour plus beau!









    Elles sont près des anges,



    Dans le fond du ciel bleu,



    Et chantent les louanges



    De la mère de Dieu!









    O blanche fiancée!



    O jeune vierge en fleur!



    Amante délaissée,



    Que flétrit la douleur!









    L'éternité profonde



    Souriait dans vos yeux...



    Flambeaux éteints du monde,



    Rallumez vous aux cieux!









    Diffusion François Beauval



    1er trimestre 1975



















    J-G-R-C-





     

     











     

     


    6 commentaires






















  • POÈME D’hier











    Suzanne





    DRET





    0000 – 0000























    TU SERAS LA...

















    - Tu seras là si près que mon désir



    S'éblouira de toi comme d'un songe



    Que rien ne lie et que rien ne prolonge,



    Qu'un mouvement ferait s'évanouir.





    Nous serons là, si près que nos haleines



    Nous verseront ce vertige de chair



    Si longuement oublié, dont hier



    Nous implorions la douceur et les chaînes.





    Nous serons là, si près que les élans



    Du sang n'auront sur nos tempes unies



    Qu'un battement aux chaudes harmonies,



    Qu' un battement, jusqu'au fond de nos flancs.





    Nous serons là, si près que les souffrances



    Nous sembleront des cauchemars défunts



    Qu'on a couché parmi d'acres parfums.



    Nous serons là, pleurant nos délivrances...





    Mais pas un mot, pas un geste, un regard



    Ne nous feront avancer la minute



    Où nous devron glisser, sans plus de lutte,



    Au bonheur tant prié, rendu si tard...





    Et nous pourrons_ prêts au don de nous mêmes



    Que le désir sait garder en suspens



    Pour nous sentir de volupté tremblants_



    Enfin mourir en nous,O toi qui m'aimes!



























    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975











    J-G-R-C-

























     

     

     


    6 commentaires


  •  

     

     













    POÈME D’hier





    Émile



    VERHAEREN









    1855 - 1916



     

     

     

     

    AVEC LE MEME

     

     

     

    AMOUR...



















    Avec le meme amour que tu me fus jadis

    Un jardin de splendeur dont les mouvants taillis

    Ombraient les longs gazons et les roses dociles,

    Tu m'es en ces temps noirs un calme et asile .

     




     

    Tout s'y concentre, et ta ferveur et ta clarté

    Et tes gestes groupant les fleurs de ta bonté,

    Mais tout y est serré dans une paix profonde

    Contre les vents aigus trouant l'hiver du monde.

     




     

    Mon bonheur s'y réchauffe en tes bras repliés;

    Tes jolis mots naïfs et familiers,

    Chantent toujours, aussi charmants à mon oreille

    Qu'aux temps des lilas blancs et des rouges groseilles.







    Ta bonne humeur allègre et claire , oh ! Je la sens

    Triompher jour à jour de la douleur des ans,

    Et tu souris toi même aux fils d'argent qui glissent

    Leur onduleux réseau parmi tes cheveux lisses.

     

     


     

    Quand ta tete s'incline à mon baiser profond,

    Que m'importe que des rides marquent ton front

    Et que tes mains se sillonnent de veines dures

    Alors je les tiens entre mes deux mains sures!

     




     

    Tu ne plains jamais et tu crois fermement

    Que rien de vrai ne meurt quand on s'aime dûment,

    Et que le feu vivant dont se nourri notre âme

    Consume jusqu'au deuil pour en grandir sa flamme.



     

     

     

     

     



    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-

















     




    15 commentaires
  •  

     

     

     

    ANIMATION: LA  GACILLY  2/5    D  24/10/2019 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POULET PANE

     

     

     

    AU PAIN D'EPICE

     

     

     

     

    ENDIVES BRAISEES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 25 minutes

     

     

     

     

    - temps de cuisson: 20 minutes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - pour 6 personnes

     

     

     

     

     

     

     

    . 1 poulet en morceaux d'1 kg 500.

     

     

     

    . 2 œufs.

     

     

     

    . 40 g de beurre.

     

     

     

    . 6 endives .

     

     

     

    . 80 g de pain d'épice.

     

     

     

    . 1 orange.

     

     

     

    . 15 cl de bière.

     

     

     

    . 3 cuillères à soupe de farine.

     

     

     

    . 3 cuillères à soupe de chapelure.

     

     

     

    . gingembre en poudre.

     

     

     

    . 10 cl d'huile d'olive.

     

     

     

    . Sel & poivre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) – Toastez

     

    le pain d'épice au grille pain.

     

     

    Mixez le

     

    et mélangez le avec la chapelure.

     

     

     

     

    B) -Salez , poivrez

     

    les morceaux de poulet.

     

     

    Versez la farine dans un sachet,

     

    ajoutez les morceaux de poulet

     

    puis secouez.

     

     

     

    Passez les morceaux de poulet

     

    dans les œufs battus

     

    puis dans la chapelure.

     

     

     

     

    C) -Laissez cuire le poulet

     

    durant vingt minutes au four

     

    préchauffé sur th 6-7 [200°].

     

     

     

     

    D) – Nettoyez les endives,

     

    coupez les en long.

     

     

    Faites les revenir

     

    cinq minutes au beurre.

     

     

    Salez, poivrez et ajoutez

     

    une pincée de gingembre

     

    et le jus de l'orange,

     

    laissez cuire quinze minutes.

     

     

     

     

    E) – Présentez le poulet chaud

     

    entouré des endives braisés.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BON

     

     

    APPETIT

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires

  •  









    POÈME D’hier







    François de







    MALHERBE









    1555 - 1628

     

     



    Là ! Là !







    Pour le







    dessert















    Là, là, pour le dessert, troussez- moy ceste cotte,



    Viste, chemise et tout, qu'il n'y demeure rien



    Qui ne puisse empescher de recognoistre bien



    Du plus haut du nombril jusqu'au bas de la motte.







    Là, sans vous renfroigner, venez que je vous frotte,



    Et me laissez à part tout ce grave maintien:



    Suis je pas votre cœur ? Estes vous pas le mien?



    C'est bien avecque moy qu'il faut faire la sotte!







    _ Mon cœur, il est bien vray, mais vous en faictes trop;



    Remettez vous au pas et quittez ce galop



    _ Ma belle, baiser moy, c'est à vous de vous taire.







    _ Ma foy, cela vous gaste au milieu du repas...



    _ Belle, vous dites vray, mais se pourroit il faire



    De voire un si beau c...et ne le ...tre pas ?







    J'avais toujours fait compte, aimant chose si haute,



    De ne m'en séparer qu'avecque le trépas ;



    S'il arrive autrement,ce sera votre faute,



    De faire des serments et ne les tenir pas.







     





    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     




    13 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CURRY

     

     

    DE LEGUMES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 25 minutes-

     

     

    - cuisson: 40 minutes-

     

     

     

     

     

     

    pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     

    . 2 carottes.

     

    . 1 courgette.

     

    . 1 aubergine.

     

    . 2 oignons.

     

    . 1 poivron rouge.

     

    . 1 gros blanc de poireau.

     

    . ½ petit chou fleur.

     

    . 100 g haricots verts.

     

    . 2 gousses d'ail.

     

    . 20 cl de coulis de tomates.

     

    . 10 cl lait de coco.

     

    . 1 cuillère à soupe de curry.

     

    . 15 graines de coriandre.

     

    . 4 petites gousses de cardamome.

     

    . 3 cuillères à soupe d'huile d'olive.

     

    . sel.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) Grattez les carottes

     

     

    coupez les en croix

     

    de haut en bas

     

    et recoupez les en tronçons

     

    de 4 centimètres.

     

     

     

     

    Pelez la courgette,

     

    coupez la en croix

     

    de haut en bas

     

    et recoupez la en tronçons

     

    de deux centimètres..

     

     

     

     

    Coupez l'aubergine en cubes

     

     

    de deux centimètres.

     

     

     

     

    Retirez le pédoncule,les graines

     

    et les filaments blancs du poivron

     

    et coupez la pulpe

     

    en petits carrés.

     

     

     

     

    Nettoyez le blanc de poireau

     

     

    et coupez le en tronçons

     

    de deux centimètres.

     

     

     

     

    Détachez le chou fleur

     

    en petits bouquets.

     

     

     

     

    Équeutez les haricots verts,

     

    lavez les et cassez les

     

     

    en tronçons de trois centimètres.

     

     

     

     

    Pelez les oignons

     

     

    et hachez les.

     

     

     

     

    Pelez l'ail et passez le au presse ail.

     

     

     

     

     

     

     

    B) Écrasez les gousses

     

    de cardamome

     

    et récupérez les graines.

     

     

     

    Pilez les graines

     

    de coriandre et de cardamome avec un pilon.

     

     

     

     

     

     

     

     

    C ) Faites chauffez l'huile d'olive

     

    dans une sauteuse à revêtement antiadhésif.

     

     

     

    Faites y dorer les oignons,

     

    le poireau et le poivron..

     

     

     

     

    Poudrez de curry,

     

    ajoutez la coriandre

     

     

    et la cardamome

     

    et faites revenir encore

     

     

    une minute en mélangeant.

     

     

     

     

    Ajoutez alors l'ail,

     

     

    puis le reste des légumes.

     

     

     

     

    Mélangez sur feu vif

     

    pendant trois à quatre minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

    D ) Versez le coulis de tomates,

     

    ajoutez le lait de coco, mélangez, salez.

     

     

     

    Couvrez et laissez mijoter trente minutes.

     

     

     

     

     

     

    SERVEZ CHAUD.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires






















  • POÈME D’hier











    Hortense de





    VILLEDIEU





    1632 – 1683





















    JOUISSANCE

















    Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,

     

    Ajourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur

     

    Triomphe impunément de toute ma pudeur

     

    Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.





    Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée;

    Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur

    Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur

    Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.





    O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas

    Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici bas,

    Apprenez les transports dont mon âme est ravie !





    Une douce langueur m’ôte le sentiment,

    Je meurs entre les bras de mon fidèle amant,

    Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.





























    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975











    J-G-R-C-





















     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    SOUPE

     

     

     

    MARINIERE

     

     

     

     

    EPICEE

     

     

     

     

    - préparation: 20 minutes.

     

    - cuisson : 20 minutes.

     

     

     

    Pour 4 personnes.

     

     

     

     

     

    .1,5 kg de moules de Bouchot.

     

    .2 oignons.

     

    .1 branche de céleri.

     

    .50 cl de vin blanc sec.

     

    .40 g de beurre.

     

    .25 cl de crème liquide.

     

    .1 cuillère à soupe de fumet

     

    de poisson en poudre.

     

    .1 cuillère à café

     

    de piment d'Espelette en poudre.

     

    .2 dosettes de safran.

     

    .sel & poivre du moulin.

     

     

     

     

     

    POUR SERVIR

     

    .4 tranches de pain grillées.

     

    .50 g de parmesan.

     

     

     

     

     

     

    Grattez les moules

     

    sous l'eau froide,

     

    rincez les plusieurs fois

     

    en les brassant bien.

     

     

    Pelez les oignons,

     

    effilez le céleri

     

    et hachez finement les deux.

     

     

    Mettez à dorer

     

    dans une cocotte les oignons

     

    et le céleri avec le beurre,

     

    puis saupoudrez de safran,

     

    mouillez avec le vin,

     

    salez, donnez cinq tours

     

    de moulin à poivre

     

    et portez à ébullition.

     

     

    Ajoutez les moules

     

    et laissez les s'ouvrir

     

    sur feu vif en remuant

     

    de temps en temps.

     

     

    Décoquillez les et réservez les.

     

     

    Filtrez le bouillon de cuisson,

     

    reversez le dans la cocotte

     

    avec 25 cl d'eau, le fumet,

     

    la crème liquide, le piment

     

    et laisser frémir

     

    5 minutes à découvert.

     

     

    Ajoutez alors les moules

     

    pour les réchauffez 2 minutes.

     

     

    Débitez le parmesan en copeaux

     

    à l'aide d'un couteau économe.

     

     

    Répartissez la soupe dans

     

    4 bols (ou assiettes creuses),

     

    et servez du pain grillé garni

     

    de copeaux de parmesan.

     

     

     

     

    BON APPETIT

     

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires


  •  

     









    POÈME D’hier







    Charles









    BAUDELAIRE









    1821 - 1867



    LA CHEVELURE















    O toison moutonnant jusque sur l'encolure!

    O boucles! O parfum chargé de nonchaloir 

    Extase! Pour peupler ce soir l’alcôve obscure,

    Des souvenirs dormants dans cette chevelure,

    Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir 





    La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,

    Tout un monde lointain, absent, presque défunt,

    Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique!

    Comme d'autres, esprits voguent sur la musique,

    Le mien, o mon amour! nage sur ton parfum.





    J'irai là bas où l'arbre et l'homme, plein de sève,

    Se pâment longuement sous l'ardeur des climats;

    Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève!

    Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve

    De voiles, de rameurs, de flammes et de mats:

    Un port retentissant, ou mon âme peut boire

    Agrans flots le parfum, le son et la couleur ;

    Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,

    Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire

    D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.





    Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse

    Dans ce noir océan où l'autre est enfermé;

    Et mon esprit subtil que le roulis caresse

    Saura vous retrouver, o féconde paresse,

    Infinis bercements du loisir embaumé!





    Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,

    Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond;

    Sur les bords duvetés de vos mèches tordues

    Je m’enivre ardemment des senteurs confondues

    De l'huile de coco, du musc et du goudron.





    Longtemps, toujours, ma main dans ta crinière lourde

    Sèmera le rubis, la perle et le saphir,

    Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde!

    N'est tu pas l'oasis où je rève, et la gourde

    Où je hume à longs traits le vin du souvenir?







     

     

    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-











     



      




    11 commentaires
  •  

     

     

    RECETTE:     Riz a l'impériale     S    06/10.2019

     

     

     

    RECETTE:     Riz a l'impériale     S    06/10.2019

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "octobre rose"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    RIZ A

     

     

     

     

    L'IMPERATRICE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Temps de préparation: 20 minutes

     

     

    Temps de cuisson : 30 minutes


    pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     



    - 125 g riz rond.

     

     

    - 50 cl de lait.

     

     

    - 100 g de fruits confits mélangés.

     

     

    - 2 cuillères à soupe de marmelade d'abricots.

     

     

    - 3 feuilles de gélatine.

     

     

    - 60 g de sucre .

     

     

    - 25 cl de crème liquide à 25% M G.

     

     

    - 1 sachet de sucre vanillé.

     

     

    - sel .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1- Faites bouillir de l'eau

     

    dans une casserole.

     

     

    Mettez le riz

     

    dans une passoire et rincez le.

     

     

    Versez le dans l'eau bouillante,

     

    laissez le trois minutes

     

    puis égouttez le.

     

     

     

     

    2- Faites bouillir le lait

     

    avec une pincée de sel.

     

     

    Ajoutez le riz

     

    et laissez le cuire à petits

     

     

    frémissements vingt minutes.

     

     

     

     

    3- Faites trempez la gélatine

     

    dans un bol d'eau froide.

     

    Quand le riz est cuit,

     

    versez le sucre.

     

     

    Égouttez la gélatine

     

    avec vos doigts,

     

    ajoutez la au riz

     

    et mélangez avec soin.

     

     

    Laissez refroidir.

     

     

     

     

    4- Coupez

     

    les fruits confits en dés.

     

     

    Passez la marmelade

     

    d'abricots à la moulinette.

     

     

    Fouettez la crème,

     

    refroidie au congélateur

     

    pendant quinze minutes,

     

    jusqu'à ce qu'elle soit ferme

     

    et ait doublé de volume.

     

     

    Incorporez y le sucre vanillé.

     

     

     

     

    5- Lorsque le riz est bien froid,

     

    ajoutez les fruits confits

     

    et la marmelade,

     

     

    et mélangez soigneusement.

     

     

    Incorporez délicatement

     

    la crème fouettée.

     

     

    Versez la préparation

     

    dans un moule cannelé.

     

     

    Lissez la surface et mettez

     

    au réfrigérateur pendant

     

    quatre heures minimum.

     

     

     

     

    6- Démoulez

     

    votre riz à l'impératrice

     

    sur un plat de service.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BONNE

     

     

     

    DEGUSTATION

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires