•  

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’INVITATION

     

     

    AU VOYAGE

     

     

     

     

     

    Mon enfant, ma sœur,

    Songe à la douceur

    D’aller là bas vivre ensemble !

    Aimer à loisir,

    Aimer et mourir

    Au pays qui te ressemble !

    Les soleils mouillés

    De ces ciels brouillés

    Pour mon esprit ont les charmes

    Si mystérieux

    De tes traîtres yeux,

    Brillant à travers leurs larmes.

     

    Là, tout n’est qu’un ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

    Des meubles luisants,

    Polis par les ans,

    Décoreraient notre chambre ;

    Les plus rares fleurs

    Mêlant leurs odeurs

    Aux vagues senteurs de l’ambre,

    Les riches plafonds,

    Les miroirs profonds,

    La splendeur orientale,

    Tout y parlerait

    A l’âme en secret

    La douce langue natale.

     

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

    Vois sur ces canaux

    Dormir ces vaisseaux

    Dont l’humeur est vagabonde :

    C’est pour assouvir

    Ton moindre désir

    Qu’ils viennent du bout du monde.

     

    Les soleils couchants

    Revêtent les champs,

    Les canaux, la ville entière,

    D’hyacinthe et d’or ;

    Le monde s’endort

    Dans une chaude lumière.

     

    Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

    Luxe, calme et volupté.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     

     

    05/04/2017*-* 04/06/2013


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

    Crème





    Dauphinoise















     

     

    - temps de préparation : 10 minutes

     

    - temps de cuisson : 3 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    . 50 cl de lait entier.

     

    . 50 g de noix.

     

    . 2 œufs.

     

    . 1 cuillerée à soupe de maïzena.

     

    . 50 g de sucre.

     

    . 7 morceaux de sucre.

     

     

     

     

     

     

    Dans une casserole,



    Mettez le sucre, la maïzena



    Et les jaunes d’œufs.

     





     

    Délayez avec le lait froid



    En évitant de faire des grumeaux.

     

     





    Portez à feu doux,



     en tournant jusqu’à épaississement,



    C’est-à-dire au premier bouillon.

     

     





    Retirez du feu aussitôt.

     

     





    Préparez le caramel :



    Dans une petite casserole,



    Mettez les morceaux de sucre



    Avec une cuillerée à soupe d’eau,



    Portez à feu doux



    A peu près cinq minutes,



    Pour obtenir un caramel brun.

     

     





    Ajoutez hors du feu



    une cuillerée à café d’eau.

     





     

    Versez ce caramel dans la crème,



    En tournant,



    Puis les noix hachées grossièrement.

     





     

    Laissez refroidir complètement



    Avant d’ajouter les blancs



    Battus en neige.

     





     

    Versez dans les coupes



    Et mettez au frais. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    D  12-04-2013

      

     

     


    11 commentaires


  •  

     

     







    POÈME D’hier







    Charles









    BAUDELAIRE









    1821 - 1867



     

     

     

    Le LETHE















    Viens sur mon cœur, âme cruelle et sourde,

    Tigre adoré, monstre aux airs indolents;

    Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants

    Dans l'épaisseur de ta crinière lourde;





    Dans tes jupons remplis de ton parfum

    Ensevelir ma tète endolorie,

    Et respirer, comme une fleur flétrie,

    Le doux relent de mon amour défunt.





    Je veux dormir ! Dormir plutôt que vivre!

    Dans un sommeil aussi doux que la mort,

    J'étalerai mes baisers sans remords

    Sur ton beau corps poli comme le cuivre.





    Pour engloutir mes sanglots apaisés

    Rien ne me vaut l’abîme de ta couche;

    L'oubli puissant habite sur ta bouche,

    Et le léthé coule dans tes baisers.





    A mon destin, désormais mon délice,

    J'obéirai comme un prédestiné ;

    Martyr docile, innocent condamné,

    Dont la ferveur attise le supplice,





    Je sucerai, pour noyer ma rancœur,

    Le népenthès et la bonne ciguë

    Aux bouts charmants de cette gorge aiguë,

    Qui n' a jamais emprisonné de coeur.













    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-










     

     

     

     

    LA PHOTO ET PLUS A LA GACILLY   3/3    D 23/08/2019   

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POULET AU

     

     

     

    FROMAGE 

     

     

     

     

     

    Temps de préparation: 10 minutes

     

    Cuisson: 45 minutes


     

     

    - 1 Poulet.

     

    - 4 cuillères à soupe d’huile d’arachide.

     

    - 250g emmenthal.

     

    - 350g de comté.

     

    - 100g de parmesan.

     

    - ¼ de noix de muscade râpé.

     

    - 2 verres de vin blanc sec fruité.

     

    - sel et poivre.

     

     

     

     

     

     

    Salez et poivrez l’intérieur du poulet.

     

    Le cuire soit au four

     

    Dans un plat arrosé d’huile

     

    Soit à la broche badigeonné d’huile.

     

    Pendant ce temps,

     

    Faire fondre à feu doux l’emmenthal,

     

    Le comté et le parmesan

     

    Avec le vin blanc.

     

    Poivrez généreusement

     

    Et mettre la noix muscade.

     

     

     

    Le poulet étant cuit,

     

    Découpez et disposez les morceaux

     

    Dans un plat allant au four,

     

    L’arrosez du fromage

     

    Et mettre à gratiner

     

    A four chaud

     

     Ou à la salamandre.

     

     

     

     

     

     

     

    Bon appetit

     

     

     

     

     

     

     

     D    23-04-2017 

     


    22 commentaires
  •   

     

     

    Paul  VALÉRY            Anne                  D     14/08/2019  R

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

    Paul  VALERY

     

     

    1871– 1945

     

     

     

     

     

     

     

    ANNE

     

    A André LEBEY

     

     

     

    Anne qui se mélange au drap pale et délaisse

    Des cheveux endormis sur ses yeux mal ouverts

    Mire ses bras lointains tournés avec mollesse

    Sur la peau sans couleur du ventre découvert.

     

    Elle vide, elle enfle d’ombre gorge lente,

        Et comme un souvenir pressant ses propres chairs,

    Une bouche brisée et pleine d’eau brûlante

    Roule le goût immense et le reflet mers.

     

    Enfin désemparée et libre d’être fraîche,

    La dormeuse déserte aux touffes de couleur

    Flotte sur son lit blême, et d’une lèvre sèche,

    Tette dans les ténèbres un souffle amer de fleur.

     

    Et sur le linge ou l’aube insensible se plisse,

    Tombe, d’un bras de glace effleuré de carmin,

    Toute une main défaite et perdant le délice

    A travers ses doigts nus dénoués l’humain.

     

     Au hasard! A jamais, dans le sommeil sans hommes   

    Pur des tristes éclairs de leurs embrasements

    Elle laisse rouler les grappes et les pommes

    Puissantes, qui pendaient aux treilles d’ossements,

     

    Qui riaient, dans leurs ambre appelant les vendanges,

    Et dont le nombre d’or de riches mouvements

    Invoquait la vigueur et les gestes étranges

    Que pour tuer l’amour invente les amants...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

    18-11-2016     10-12-2015

     


    58 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      CRÈME        BRÛLÉE  

     

     

    AU PAIN D'EPICE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -Temps de préparation: 10 minutes.

     

     

    -Cuisson: 1 heure 30 minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

    -Réfrigération: 2 heures minimum.

     


    -Pour 4 personnes-

     

     



    - 5 jaunes d’œufs.

     

     

    - 25 cl de lait entier.

     

     

    - 25 cl de crème fraîche liquide.

     

     

    - 80 g de sucre.

     

     

    - 50g de pain d'épice.

     

     

    - 8 cuillères à soupe de cassonade.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    a) Coupez le pain d'épice

     

     

    en petits morceaux.

     

     

     

     

    Versez le lait et la crème

     

     

    dans une casserole

     

     

    et portez à ébullition.

     

     

    Retirez du feu

     

     

    et ajoutez le pain d'épice.

     

     

     

     

    Couvrez et laissez infuser

     

    pendant cinq minutes.

     

     

     

     

     

     

    b) Chauffez le four

     

     

    sur th 3 ( 100°).

     

     

     

     

     

     

    c) Mettez les jaunes d’œufs

     

     

    et le sucre dans une jatte.

     

     

     

     

    Travaillez au fouet à main

     

     

    pour obtenir un mélange

     

     

    blanc et mousseux.

     

     

     

     

     

     

    d) Mixez le lait

     

     

    au pain d'épice

     

     

    puis filtrez le à travers

     

     

    une passoire fine

     

     

    en appuyant avec

     

     

    le dos d'une cuillère.

     

     

     

     

    Mélangez soigneusement

     

     

    au fouet avec les œufs sucrés,

     

     

     

     

    sans battre.

     

     

     

     

     

     

    e) Répartissez la préparation

     

     

    dans 4 plats individuels,

     

     

    sur une hauteur de 1,5 cm.

     

     

    Enfournez et faites cuire

     

     

    environ 1 heure 30,

     

     

    jusqu'à ce que

     

     

    la préparation soit prise.

     

     

     

     

    Laissez refroidir les crèmes

     

     

    à température ambiante

     

     

    et glissez les au réfrigérateur

     

     

    au moins deux heures.

     

     

     

     

     

     

    f) Quelques minutes

     

     

    avant de servir,

     

     

    allumez le gril du four.

     

     

     

     

    Poudrez les crèmes

     

     

    de cassonade et glissez

     

     

    les sous le gril

     

     

    jusqu'à ce que le sucre

     

     

    soit caramélisé.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        SERVEZ AUSSITOT  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

    Et

     

     

    Bonne dégustation

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires


  •  

     

     



     

     

     







    POÈME D’hier









    VERLAINE









    1844 - 1896









    LE FOYER



    LA LUEUR ETROITE



    DE LA LAMPE

















    Le foyer, la lueur étroite de la lampe;

    La rêverie avec le doigt contre la tempe

    Et les yeux se perdant parmi les yeux aimés;

    L'heure du thé fumant et des livres fermés ;

    La douceur de sentir la fin de la soirée ;

    De l'ombre nuptiale et de la douce nuit,

    Oh ! Tout cela, mon rêve attendri le poursuit

    Sans relâche, à travers toutes remises vaines,

    Impatient des mois, furieux des semaines!







    Diffusion François BEAUVAL



    1ér trimestre 1975









    J-G-R-C-















     

     

     



     

     

    FESTIVAL  PHOTO  2019  LA  GACILLY      D   09/08/2019   1/3  

     

     

    Jusqu'au 10 Octobre

     

     un  clic si dessous 

     

    AVEC LA PHOTO - UN REGARD VAUT MIEUX QU'UNE PAROLE

     

    vous propose le Festival Photo

     

    de LA GACILLY

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    crepe-noix-de-coco.jpg

    CRÊPE A LA NOIX

     

    DE COCO

     

     

     

    SEYCHELLES

     

     

    Temps de préparation: 10 mn

     

    Cuisson : 20 mn

     


    pour 06  personnes





     

    1 00 g de noix de coco râpée

     

    25 cl de crème fleurette

     

    10 cuil. A soupe de crème de coco

     

    4 cuillères à soupe de punch coco

     

    4 cuillères à soupe de sucre glace

     

     

     

     

     

     Pour la pâte :

      

     

    200 g de farine

     

    1/ 2 l de lait frais

     

    3 œufs

     

    2 cuil. à soupe de sucre

     

    2 cuil. à soupe d’huile

     

    essence de vanille

     

     

     

     

    1) faites légèrement tiédir le lait.

     

     

    2) Mettez la farine en fontaine

     

    dans une terrine,

     

    ajoutez les autres ingrédients

     

    et mélangez.

     

     

    3) Confectionnez les crêpes

     

    et maintenez les au chaud.

     

     

    4) Fouettez la crème fleurette.

     

    Incorporez lui la noix de coco râpée,

     

    Le punch coco et le sucre glace.

     

    Déposez un peu de ce mélange

     

     sur chaque moitié de crêpe

     

     et repliez l’autre moitié

     

     de façon à obtenir un chausson.

     

     

    5) servez nappé de crème de coco chaude.

     

     

     

     

    BONNE DÉGUSTATION

     

    20205-10---TDH-971-LS-046.jpg 
    D 14-05-2015

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    Paul  VALERY

     

     

    1871– 1945

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES PAS

     

     

     

     

    Tes pas, enfants de mon silence,

    Saintement, lentement placés,

    Vers le lit de ma vigilance

    Procèdent, muets et glacés.

     

     

    Personne pure, ombre divine,

    Qu’ils sont doux, tes pas retenus !

    Dieux !…tous les dons que je devine

    Viennent à moi sur ces pieds nus !

     

     

    Si, de tes lèvres avancées,

    Tu prépares pour l’apaiser,

    A l’habitant de mes pensées

    La nourriture d’un baiser.

     

     

    Ne hâte pas cet acte tendre,

    Douceur d’être et de n’être pas,

    Car j’ai vécu de vous attendre,

    Et mon cœur n’était que vos pas.

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     

     

      D  02-05-2017   

     

     

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires