• POÈME D’hier















    Jean Baptiste











    CLEMENT









    1836 – 1903







     

     

     

     

     

     

     

    LE TEMPS







    DES CERISES

     









     

     

     

     

    Quand nous en serons au temps des cerises,

    Et gai rossignol et merle moqueur

                            Seront tous en fête.

    Les belles auront la folie en tète

    Et les amoureux du soleil au cœur.

    Quand nous en serons au temps des cerises,

    Sifflera bien mieux le merle moqueur.







     

    Mais il est bien court le temps des cerises,

    Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant

         Des pendants d’oreilles,

    Cerises d’amour aux robes pareilles

    Tombant sous la feuille en gouttes de sang.

    Mais il est bien court le temps des cerises,

    Pendants de corail qu’on cueille en rêvant.







     

    Quand vous en serez au temps des cerises,

    Si vous avez peur des chagrins d’amour

     Évitez les belles.

    Moi qui ne craint pas les peines cruelles,

    Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.

    Quand vous en serez au temps des cerises,

    Vous aurez aussi des chagrins d’amour.

     







    J’aimerai toujours le temps des cerises :

    C’est de ce temps là que je garde mon cœur

                                             Une plaie ouverte,

    Et dame fortune, en m’étant offerte,

    Ne saurait jamais calmer ma douleur.

    J’aimerai toujours le temps des cerises:

    Et le souvenir que je garde au cœur.

     







     

     

     

     

    Diffusion François Beauval



    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J-G-R-C-

     

     




      

     

      D 18 - 09 – 2014

     






     




    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

    RECETTE:    Jambon sauce raisins                      D     27/07/2019

     

     



     



     

     

     

     

     

     

    JAMBON







    SAUCE 







    RAISINS

     

     

     

     

    Temps de préparation: 05 minutes




    Temps de cuisson : 10minutes





    Pour  4 personnes

     

     

     

     

     

     

     

    INGREDIENTS









    - 4 tranches de jambon.



    - ½ verre  de porto.



    - 1 verre d’eau.



    - 1 cuillère à soupe de maïzena.



    - ½ verre de raisins de Corinthe.



    - ½ cuillère à café de quatre épices.

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    Disposez vos tranches de jambon roulées

     

    Sur un plat maintenu au chaud

     

    au dessus d’une casserole d’eau qui bout.

     

     



    Mettez la maïzena

     

    dans une petite casserole.

     



     

    Délayez avec le porto,

     

    ajoutez l’eau, une pincée de sel,

     

     les quatre épices ;

     

     

    mettez à chauffer, en tournant ;

     

     

    au premier bouillon retirez du feu,

     

    ajoutez les raisins

     

    et arrosez les tranches de jambon chaud.







     

     

    SERVEZ AUSSITOT.

     

     

     

     

    Il est préférable, de laisser tremper

     

    Les raisins dans de l’eau chaude

     

    Pour les faires gonfler,

     

    C’est plus moelleux.

     

     

     

     

     

    Bon appétit

     





     

     

     





    D  27 - 03 - 2012



     

     

     

     

     

     


    12 commentaires




  •  

     

     





    POÈME D’hier











    Francis





    JAMMES







     

     

    1868 - 1938

     

     







     

     

     

     

     

     

     

    J’AIME







    DANS LE TEMPS

     









     

    J’aime dans le temps Clara d’Ellébeuse



    L’écolière, des anciens pensionnats,



    Qui allait, les soirs chauds, sous les tilleuls



    Lire les magazines d’autrefois.

     

     



    Je n’aime qu’elle, et je sens sur mon cœur



    La lumière bleue de sa gorge blanche.



    Où est elle ? où était donc ce bonheur ?



    Dans sa chambre claire il entrait des branches.

     

     



    Elle n’est peut être pas encore morte



    • ou peut être que nous l’étions tous deux.     

     

    La grande cour avait des feuilles mortes



    Dans le vent froid des fins d’été très vieux.

     

     



    Te souviens tu de ces plumes de paon,



    Dans un grand vase, auprès de coquillages ?...



    On apprenait qu’on avait fait naufrage,



    On appelait Terre Neuve : le Banc.

     

     



    Viens, viens ma chère Clara d’Ellébeuse :



    Aimons nous encore si tu existes.



    Le vieux jardin a vieilles tulipes.



    Viens toute nue, o Clara D’Ellébeuse.





     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Diffusion François Beauval

     


    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

     

     

     

    J-G-R-C-

     

     




     

     

      D 07 - 06 - 2013

     


    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BEIGNETS

     

     

     

     

    AUX

     

     

     

     

     

    COURGETTES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 15 minutes-

     

     

     

    - temps de cuisson: 15 minutes-

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     

    . 2 courgettes.

     

     

     

     

    . 2 échalotes.

     

     

     

     

    . 25 cl d'huile d'olive.

     

     

     

     

    . 2 œufs.

     

     

     

     

    . 10 cl de lait.

     

     

     

     

    . 150 g de farine.

     

     

     

     

    . 1 pincée de noix de muscade.

     

     

     

     

    . 1 botte de ciboulette.

     

     

     

     

    . sel.

     

     

     

    .poivre du moulin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) Rincez les courgettes

     

     

    et râpez les avec

     

     

    une râpe à gros trous.

     

     

     

    Placez les dans

     

     

    une passoire et

     

     

    et laissez dégorger..

     

     

     

     

    B) Dans un saladier,

     

     

    mélangez la farine,

     

     

    la muscade, les œufs,

     

     

    le sel et le poivre.

     

     

     

    Versez le lait peu à peu

     

     

    en mélangeant bien

     

     

    afin d'obtenir une pâte lisse.

     

     

     

     

    C) Essorez les courgettes

     

     

    dans un linge propre.

      

     

     

    Ajoutez les échalotes

     

     

    finement hachés

     

     

    et la ciboulette ciselée.

     

     

     

     

    D) Mélangez à la pâte.

     

     

     

     

    E) Faites chauffez l'huile

     

     

    dans une poêle puis

     

     

    déposez délicatement des

     

     

    cuillerées de préparation.

     

     

     

    Quand les beignets

     

     

    sont bien dorés,

     

     

    égouttez les

     

     

    sur du papier absorbant.

     

     

     

     

    F) Servez les bien chaud.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

     









    POÈME D’hier







    Merrill



     

     

    STUART









    1863 - 1915











    CHAMBRE



     

     

     

    D'AMOUR





     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

    Dans la chambre qui fleure un peu la bergamote

     

    Ce soir, lasse, la voix de l’ancien clavecin

     

    Chevrote des refrains enfantins de gavotte.

     

     

    Éteintes par sa main pour quelques doux dessein

     

    D’amour, voici qu’enfin les lampes vespérales

     

    Fument au bruit de l’eau tintant dans le bassin,

     

     


    Au bruit de l’eau qui brille en des lueurs lustrales

     

    A travers les rideaux roidis de pourpre et d’or

     

    Dont le frêle état croule aux fenêtres claustrales.

     

     

    C’est déroutant au mur un vaporeux décor,

     

    La pastorade peinte aux pimpantes images

     

    Ou des jeux et des ris s’éparpille l’essor.

     

     

    Sur les divans fanés en leurs riants ramages

     

    Les coussins semblent lourds de l’oubli des absents,

     

    Et du bleu baldaquin s’éplorent des plumages.

     

     


    Seul, un éventail chu des doigts jadis lassants

     

    Présage le retour inespéré de celle

     

    Dont l’automne a pâli les charmes languissants.

     

     

    Soudain c’est le rayon doux d’un rubacelle,

     

    Un chuchotis de voix disant de doux remords,

     

    Et le baiser de ceux que la vie ensorcelle

     

     

    Dans la chambre ou, le soir, s’aimèrent tant de morts !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

     



     



    J-G-R-C-







    D 22-11-2012

     

     

     

     

     

     

     

    FESTIVAL  PHOTO  2019  LA  GACILLY      D   18/07/2019   2/2

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JARDINIERE

     

     

     

     

     

    DE PETITS POIS

     

     

     

     

     

    A L'ANCIENNE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - temps de préparation: 15 minutes-

     

     

     

     

     

    - cuisson: 20 minutes-

     

     

     

     

     

     

    pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     

    . 1 carottes.

     

    . 1,2 kg de petits pois.

     

    . 10 oignons grelots.

     

    . 4 feuilles de laitue.

     

    . 1 tranche épaisse de lard.

     

    . 1 brin de thym.

     

    . 40 g de beurre.

     

    . 100 g haricots verts.

     

    . sucre.

     

    . sel et poivre du moulin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A) Coupez le lard en gros lardons.

     

     

     

     

    Pelez et coupez la carotte en dés.

     

     

     

     

    Émincez la laitue et

     

     

    nettoyez les oignons.

     

     

     

     

     

     

     

     

    B) Faites revenir les lardons,

     

     

    les oignons et la carotte cinq minutes

     

     

    avec le beurre dans une cocotte.

     

     

     

     

    Ajoutez la laitue,

     

     

    puis remuez deux / trois minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

    C) Ajoutez les petits pois,

     

     

    le brin de thym,

     

     

    1 grand verre d'eau

     

     

    et une pincée de sucre.

     

     

     

     

    Salez et poivrez,

     

     

    puis laissez mijoter douze minutes.

     

     

     

     

    Goûtez les pois :

     

     

     

    ils doivent être fondants.

     

     

     

     

    S'ils sont encore un peu fermes,

     

     

    cuisez encore cinq minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Servez la jardinière chaude,

     

     

    en accompagnement d'un

     

     

    rôti de porc, de cotes de veau

     

     

    ou d'un poulet rôti.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    PROVERBE  DU MONDE   19/08/2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    POÈME D’HIER

     

     

      

    MAETERLINCK Maurice

     

     

    1862 - 1942

     

     

     

     

     
     

     

     

    ET S’IL REVENAIT


    UN JOUR…

     

     



    Et s’il revenait un  jour
    Que faut il lui dire ?
    -Dites lui qu’on l’attendit
    Jusq’à s’en mourir…

    Et s’il m’interroge encore
    Sans me reconnaître ?
    -Parler lui comme une sœur,
    Il souffre peut être…

    Et s’il demande ou vous etes
    Que faut il répondre ?
    -Donnez lui mon anneau d’or
    Sans rien lui répondre…

    Et s’il veut savoir pourquoi
    La salle est déserte ?
    -Montrez lui la lampe éteinte
    Et la porte ouverte…

    Et s’il m’interroge alors

    Sur la dernière heure ?

    -Dites lui que j’ai souri
    De peur qu’il ne pleure…

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

    J-G-R-C

     

      

     

       D   20-08-2016   *-*   23-10-2014

     


    24 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CRUMBLE

     

     

     

     

     

    AUX

     

     

     

     

     

    NECTARINES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Temps de préparation: 15 minutes

     

    Temps de cuisson: 20 minutes

     

    Pour: 04 personnes




     

     

     

     

     

     

    - 4 nectarines.

     

     

    - 1 orange.

     

     

    - 40 g de beurre.

     

     

    - 1 cuillère à café de sucre glace.

     

     

    - 1 cuillère à soupe de sucre cassonade.

     

     

    - 4 cuillère à soupe de muesli.

     

     

    - 1 - ½ gousse de vanille.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fendez en deux la vanille,

     

     

     

    grattez les graines

     

     

     

    avec la pointe d'un couteau.

     

     

     

     

     

    Pressez l'orange

     

     

     

    pour en extraire le jus.

     

     

     

     

     

    Versez le dans une casserole,

     

     

     

    ajoutez la cassonade

     

     

     

    et les graines de vanille.

     

     

     

     

     

    Laissez bouillir cinq minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Préchauffez le four

     

     

     

    th. 7 ( 210 ° C).

     

     

     

     

     

    Rincez les nectarines.

     

     

     

     

     

    Fendez les en deux

     

     

     

    et découpez

     

     

     

    en tranches régulières.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Beurrez légèrement

     

     

     

    un plat à four,

     

     

     

    déposez les tranches

     

     

     

    de nectarines et versez

     

     

     

    le jus d'orange vanillé chaud.

     

     

     

     

     

    Enfournez dix minutes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sortez le plat du four,

     

     

     

    saupoudrez la surface

     

     

     

    avec le muesli,

     

     

     

    le sucre glace

     

     

     

    et répartissez dessus

     

     

     

    le beurre restant.

     

     

     

     

     

     

    Enfournez encore dix minutes.

     

     

     

     

     

    Servez tiède ou froid.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      A CELLE

     

    QUI EST TROP

     

    GAIE

     

     

     

     

     

    Ta tête, ton geste, ton air

    Sont beaux comme un beau paysage ;

    Le rire joue en ton visage

    Comme un vent frais dans un ciel clair

     

     

    Le passant chagrin que tu frôles

    Est ébloui par la santé

    Qui jaillit comme une clarté

    De tes bras et de tes épaules.

     

     

    Les retentissantes couleurs

    Dont tu parsèmes tes toilettes

    Jettent dans l’esprit des poètes

    L’image d’un ballet de fleurs.

     

     

    Ces robes folles sont l’emblème

    De ton esprit bariolé ;

    Folle dont je suis affolé,

    Je te hais autant que je t’aime !

     

     

    Quelques fois dans un beau jardin

    Où je traînais mon atonie,

    J’ai senti, comme une ironie,

    Le soleil déchirer mon sein :

     

     

    Et le printemps, et la verdure

    Ont tant humilié mon cœur,

    Que j’ai puni sur une fleur

    L’insolence de la nature.

     

     

    Ainsi je voudrais, une nuit,

    Quand l’heure des voluptés sonne,

    Vers les trésors de ta personne,

    Comme un lâche, ramper sans bruit.

     

     

    Pour châtier ta chair joyeuse,

    Pour meurtrir ton sein pardonné,

    Et faire à ton flanc étonné

    Une blessure large et creuse.

     

     

    Et, vertigineuse douceur !

    A travers ces lèvres nouvelles,

    Plus éclatantes et plus belles,

    T’infuser mon venin, ma sœur.

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      D  24-05-2016  *-*   31-03-2013


    26 commentaires
  •  

     samoussas.jpg

     

     

     

     

    SAMOUSSAS

     

    A la viande

     

     

     

    ILE MAURICE

     

     

     

     

    Temps de préparation:  20 mn
    cuisson : 20 mn



     

    Pour 20 samoussas

     

    INGREDIENTS


    250g de farine

    20cl d’eau froide

    une pincée de sel

     

    ¤¤¤¤¤¤

     

    POUR LA FARCE

     

    200g de bœuf maigre haché

    1 oignon

    1 branche de thym

    1 cuil. à café de poudre de curry

    1 cuil. à soupe d’huile

    bain de friture

    sel, poivre.

     



     

     

    1) préparez la farce,

     

    chauffez l’huile

     

     et faites suer l’oignon haché.

     

    Ajoutez la viande et le thym effeuillé.

     

     

     

    2) confectionnez une pate

     

    avec le sel, la farine et l’eau.

     

     Etalez la pate et coupez la

     

     en 20 carrés réguliers.

     

     

     

    3) faites les légèrement précuire

     

     sur une plaque sèche à feu doux,

     

     sans coloration.

     

     

     

    4) disposez un peu de farce

     

     sur chaque carré de pate

     

    et repliez pour former

     

     un chausson triangulaire.

     

    Soudez la pate

     

     à l’aide d’un mélange

     

     de farine et d’eau.

     

     

     

    5) passez à la friture chaude.

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FESTIVAL  PHOTO  2019  LA  GACILLY      D   03/07/2019   3/3 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    21-12-2016*-*26-03-2015 


    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires