•  

     

    Amadis   JAMYN   Sonnet             D      29/11/2017

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

     

    Amadis  JAMYN

     

     

    1540 – 1593

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SONNET

     

     

     

     

     

    Si c’est aimer avoir toujours dans l’âme

    Le souvenir d’une seule déesse,

    Si c’est aimer se pâlir de tristesse,

    Mourir absent des beautés de sa dame :

     

    Si c’est aimer ne vivre qu’en la femme,

    Si c’est aimer adorer ce qui blesse,

    Si c’est aimer ne repenser sans cesse

    Qu’à revoir l’œil qui ma poitrine entame ;

     

    Si c’est aimer pour aimer se haïr,

    Et tout plaisir se déplaisant fuir,

    Chagrin  farouche, ennemi de la vie :

     

    Loin d’un seul bien s’estimer malheureux,

    Ayant sans plus l’âme en ce bien ravie :

    Si c’est aimer, que je suis amoureux !

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ROUGAIL

     

    DE

     

    MORUE

     

     

     

    ANTILLES

     

     

     

     

    Temps de préparation: 20 minutes

     

    Cuisson : 01 heure

     

    Pour 04  personnes






     

     

    - 1 kg de morue salée et séchée.

     

    - 4 gros oignons.

     

    - 8 tomates.

     

    - 8 gros piments verts.

     

    - 4 cuillères à soupe d’huile.

     

     

     

     

     

     

    A) Faites trempez la morue

    Dans l’eau froide

    Pendant 24 heures,

    En changeant l’eau

     Toutes les 3 à 4 heures.

     

    Enlevez la peau, les arêtes

    A l’aide d’une pince à épiler.

     

    Emiettez la chair.

     

     

    b) Epluchez et coupez

     Les oignons en rondelles.

     

    Ebouillantez les tomates,

    Pelez les,

    Concassez les.

     

    Fendez les piments,

    Epépinez les

    Et coupez les en rondelles.

     

     

    c) Disposez la morue

    Dans une cocotte.

     

    Couvrez la

    Des rondelles d’oignons

    Et des tomates concassées.

     

    Versez l’huile dessus.

     

     

    d) Couvrez

    Et faites suer à feu doux.

     

    Quand les oignons

     Et les tomates sont ramollis,

    Poursuivez la cuisson

     À feu moyen pendant

    30 minutes environ,

    Jusqu’à ce que les oignons

     Soient devenus translucides.

     

     

    e) Découvrez et terminez

     À feu vif jusqu’à évaporation.

     

     

    f) En fin de cuisson,

    Ajoutez les rondelles  de piments.

     

    Stoppez la cuisson

    Quand elles sont légèrement frites.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bonne dégustation

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

    SOUFFLE

     

     

    AU FROMAGE

     

     

     

     

    Temps de préparation: 05 mn


    Cuisson : 35 mn

     

    Pour  4 personnes

     

     

     

     

     

     

     

    INGREDIENTS

     

    - 4 œufs.

    - 4 cuillères à soupe d’huile

    - 30 g de farine.

    - 15 cl de lait entier.

    - 1 00 g d’emmental râpé.

    - 1 pincée de sel fin.

    - poivre

    - muscade râpée.

     

     

     

     

     

     



     

    a) Préparez une sauce épaisse

    Avec 4 cuillerées d’huile tiédie,

    30 g de farine,

    Ajoutez peu à peu les

     15 cl de lait entier bouillant,

    Puis les 100 g emmental râpé,

    Poivre, muscade râpée

    Et un peu de sel.

     

    Lorsque ce mélange est bien lisse,

    Retirez du feu

    Et incorporer

    Un à un trois jaunes d’œufs.

     

     

    b) Fouettez à part

    Quatre blancs en neige très ferme

    Avec une pincée de sel fin.

     

    Incorporez cette neige

     À la sauce épaisse sans tourner,

    Mais en coupant

     La préparation à la spatule.

     

     

    c) remplissez au 2/3

    De sa hauteur un moule

    A soufflé entièrement huilé.

     

    Laissez cuire à four modéré

    Quinze minutes

     Puis dix minutes à four plus vif.

     

    Servez dès que le soufflé

    Est gonflé et bien doré.

     

     

     

    Bon appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BLANQUETTE

     

     

    DE VEAU

     

     

     

     

    Temps de préparation:  15 mn

    Temps de cuisson : 1h
    pour  4  personnes





     

    700g de veau.

     

    4 cuillères à soupe d’huile d’arachide.

     

    2 cuillères à soupe de farine.

     

    500g de petits oignons.

     

    125g de champignon.

     

    2 œufs.

     

    1 citron.

     

    3 carottes coupées en rondelles.

     

    Bouillon de veau.

     

    Sel, poivre, bouquet garni.

     

     

     

     

     

     

    1) Coupez la viande

     En morceaux de 3 à 4cm,

    Faites tremper ces morceaux

    Dans de l’eau tiède 15 mn,

    Égouttez et séchez.

     

    2) Faites les revenir

    Dans 4 cuillères à soupe d’huile

    En tournant sur feu doux 10 minutes

    Sans laisser prendre couleur.

     

    3) Saupoudrez de 2 cuillères à soupe

    De farine, mélangez, mouillez

    Avec du bouillon clair

    Jusqu’à ce que la viande

    Soit à peu près couverte.

     

    Ajoutez sel, poivre, bouquet garni,

    Une douzaine de petits oignons,

    125g de champignons

     Coupés en morceaux, les carottes.

     

    4) Laissez cuire à couvert,

    Sur feu doux

     pendant environ une heure.

     

    Battez deux jaunes d’œufs

    Avec le jus d’un citron

    Et quelques cuillerées

    De sauce de la blanquette.

     

    5) Versez dans la cocotte placée

    Hors du feu.

     

     

     

     

     

     

    BON APPETIT

     

     

     

     

           

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

    POÈME D’hier

     

     

    Pierre de

     

     

    RONSARD

     

     

    1524  -  1585

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    QUAND AU LIT

     

     NOUS SERONS…

     

     

     

     

     

    Quand au temple nous serons

    Agenouillés, nous ferons

    Les dévots selon la guise

    De ceux qui pour louer Dieu

    Humbles se courbent au lieu

    Le plus secret de l’église.

    Mais quand au lit nous serons

    Entrelacés, nous ferons

    Les lascifs selon les guises

    Des amants qui librement

    Pratiquent, folâtrement

    Dans les draps cent mignardises.

    Pourquoi donque, quand je veux

    Que mordre tes beaux cheveux,

    Ou baiser la bouche aimée,

    Ou toucher à ton bon sein,

    Contrefais tu la nonnain

    Dedans un cloître enfermée ?

    Pour qui gardes tu tes yeux

    Et ton sein délicieux,

    Ton front, ta lèvre jumelle ?

    En veux tu baiser Pluton

    Là bas, après que Charon

    T’aura mise en sa nacelle ?

    Après ton dernier trépas ;

    Grêle, tu n’auras là bas

    Qu’une bouchette blêmie ;

    Et quand mort je te verrais

    Aux ombres je n’avou’rais

    Que jadis tu fus  m’amie.

    Ton test n’aura plus de peau

    Ni ton visage si beau

    N’aura veines ni artères :

    Tu n’auras plus que les dents

    Telles qu’on les voit dedans

    Les têtes de cimetières.

    Donque tandis que tu vis,

    Change, maîtresse d’avis,

    Et ne m’épargne ta bouche.

    Incontinent tu mourras,

    Lors tu te repentiras

    De m’avoir été farouche.

    Ah, je meurs ! Ah, baise moi !

    Ah, Maîtresse, approche toi !

    Tu fuis comme un faon qui tremble.

    Au moins souffre que ma main

    S’ébatte un peu dans ton sein,

    Ou plus bas, si bon te semble.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

    PIERRE DE RONSARD:  QUAND AU LIT NOUS SERONS           D   13/11/2017

     


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    TARTE AUX POMME

     

    DE MAMIE

     

     

     

    - temps de préparation : 15 minutes

     

    - temps de cuisson : 35 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    .1kg de pommes.

     

    . 60g de sucre en poudre.

     

    .1 pincée de cannelle.

     

    .1 cuillerée a soupe

    De gelée de groseille.

     

    .1/2 cuillerée a soupe

     D’huile arachide.

     

     

    PATE :

     

    .150g de farine.

     

    . 3 cuillères à soupe d’eau.

     

    . 2 jaunes d’ oeufs.

     

    . 1 pincée de sel fin.

     

    .4 cuillères à soupe

    De sucre en poudre de sucre.

     

    . 4 cuillères à soupe

     D‘huile d’arachide.

     

     

     

     

     

     

    Préparez la pâte

     

     Et laissez la reposer deux heures.

     

     

    Etalez la dans un moule

     

     Préalablement huilé,

     

    Garnissez la

     

    De tranches de pommes,

     

    Saupoudrez de sucre

     

    En poudre et de cannelle.

     

     

    Faites cuire à four moyen

     

    Thermostat 7

     

    35 minutes.

     

     

    Hors du feu,

     

    Badigeonnez la

     

    Avec la gelée de groseille. 

     

     

     

     

     

    Bonne  dégustation

     

     

     

     

    RECETTE TARTE AUX POMMES DE MAMIE        D     10/11/2017

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

    POEME  D'hier

     

    BAUDELAIRE  Charles

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA  GEANTE

     

     

     

     

     

    Du temps que la nature en sa verve puissante

    Concevait chaque jour des enfants monstrueux,

    J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,

    Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.

     

     

    J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son ame

    Et grandir librement dans ses terribles jeux ;

    Deviner si son r couve une sombre flamme

    Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux :

     

     

    Parcourir à loisir ses magnifiques formes ;

    Ramper sur le versant de ses genoux énormes,

    Et parfois en été, quand les soleils malsains,

     

     

    Lasse, le font s’étendre à travers la campagne.

    Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,

    Comme un hameau paisible au pied

    d’une montagne.

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C-

     

     

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires