•  

     

     

     

     

     

     

     

     POÈME  D’hier

     

     

    Clément MARROT

     

     

    1496 – 1544

     

     

     

     

     

     

     

    VOLONTIERS,

     

     EN CE MOIS…

     

     

     

     

    Volontiers en ce mois ici

     

    La terre mue et renouvelle,

     

    Maint amoureux en sont ainsi

     

    Sujet à faire amour nouvelle

     

    Par légèreté de cervelle,

     

    Ou pour être ailleurs plus contents ;

     

    Ma façon d’aimer n’est pas telle,

     

    Mes amours durent en tout temps.

     

     

     

     

     

    N’y a si belle dame aussi

     

    De qui la beauté ne chancelle ;

     

    Par temps, maladie ou souci,

     

    Laideur les tire en sa nacelle ;

     

    Mais rien ne peut enlaidir celle

     

    Que servir sans fin je prétends ;

     

    Et pour ce qu’elle est toujours belle,

     

    Mes amours durent en tout temps.

     

     

     

     

     

    Celle dont je dis tout ceci,

     

    C’est vertu, la nymphe éternelle,

     

    Qui au mont d’honneur éclairci

     

    Tous les vrais amoureux appelle,

     

    «  Venez amants, venez dit elle,

     

    Venez à moi je vous attends :

     

    Venez, ce dit la jouvencelle,

     

    Mes amours durent en tout temps. »

     

     

     

     

     

    ENVOI

     

     

     

    Prince, fait amie immortelle

     

    Et à la bien aimer entends,

     

    Lors pourra dire sans cautelle :

     

    Mes amours durent en tout temps.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

     

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     03-12-2015


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

    CHAYOTTE

     

    CRISTOPHINE

     

    OU CHOUCHOU

     

     

    DOM

     

     

    Temps de préparation:20 mn

    Cuisson : 40 mn

    pour  04  personnes





     

     

    - 4 christophines.

    - poivre en grains.

    - 2 gousses d’ail.

    - 2 échalotes.

    - huile d’olive.

    - 1 branche de thym.

    - gros sel.

     

     

     

     

    Peler les chouchous sous l’eau,

    Puis les couper en morceaux

    En gardant le centre.

     

    Emincer les échalotes.

     

    Piler l’ail avec du gros sel

     et du poivre concassé.

     

    Mélanger dans une marmite,

    Dans un fond d’huile,

    Les chouchous,

    L’ail assaisonné,

    Les échalotes

     et la branche de thym.

     

     

    Cuire à l’étouffée,

    A feu doux pendant 35 à 40 minutes.

     

     

    Accompagner

     d’aiguillettes de poulet marinées 30 mn

     dans 3 cm de gingembre frais râpé

     et 3 cuillers à soupe de sauce de soja,

    Puis revenues à la poêle ou au wok

    dans un peu d’huile de sésame.

     

     

     

    Bon Appétit

     

    BONNE DEGUSTATION

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    POEME  D'hier

    GAUTIER  Théophile

     

    1811 – 1872  



     

     

    CARMEN



    Carmen est maigre ;-un trait de bistre


    Cerne son œil de gitana,


    Ses cheveux sont d’un noir sinistre,


    Sa peau, le diable la tanna.



    Les femmes disent qu’elle est laide,


    Mais tous les hommes en sont fous,


    Et l’Archevêque  de Tolède


    Chante la messe à ses genoux ;

     

     


    Car sur sa nuque d’ambre fauve


    Se tord un énorme chignon


    Qui, dénoué, fait dans l’alcôve


    Une mante a son corps mignon.



    Et parmi sa pâleur, éclate


    Une bouche au rire vainqueur ;


    Piment rouge, fleur écarlate,


    Qui  prend sa pourpre au sang des cœurs.



    Ainsi faite, la moricaude


    Bat les plus altières beautés,


    Et de ses yeux la lueur chaude


    Rend la flamme aux satiétés.

     

     


    Elle a, dans sa laideur piquante,


    Un grain de sel de cette mer


    D’où jaillit, nue et provocante,


    L’acre Vénus du gouffre amer !




    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J G R C




     

     

     

     


     07/06/2016

     


    13 commentaires
  •  

     

     

    RECETTE    COLOMBO  DE  PORC     D  21/08/2017

     

     

    echine-de-porc.jpg

     

     

     

     

     

    COLOMBO

     

    DE PORC

     

     

    ANTILLES

     

     

     

     

    Temps de préparation: 20 mn

    Cuisson : 1h 15 mn

    pour 08  personnes





     

     

     

    1.5kg filet ou échine de porc.

    500g de chou caraïbe.

    3 aubergines.

    1 cristophine.

    2 oignons.

    4 gousses d’ail.

    1 piment.

    2 tamarins.

    1 cuillère soupe de colombo.

    2 clous de girofle.

    1 citron vert.

    4 cuil. à soupe d’huile d’arachide.

    Sel, poivre, laurier.

     

     

     

     

     

    1) Faites revenir les cubes de viande

     dans l’huile avec les oignons émincés,

    le piment haché,

    les clous de girofles pilés,

    du sel, du poivre, du laurier.

     

     

    2) Lavez et découpez le chou,

     la cristophine, les aubergines et les tamarins.

     

     

     

    3) Lorsque la viande est dorée,

    couvrez la d’eau.

    Ajoutez les légumes.

    Laissez cuire ¾ d’heure

     à feu moyen puis réduisez.

     

     

    4) Délayez la poudre de colombo

     dans une cuillerée à soupe d’huile.

    Ajoutez la au contenu de la marmite

     avec les gousses d’ail pilées

    et le jus du citron vert.

    Puis mélangez.

     

     

    5) Laissez mijoter et servez.

     

     

    Le colombo est un mélange d’épices

    (piment, gingembre, cumin, coriandre, poivre.)

     

    Vous pouvez le remplacer par du curry

    Qui est un autre mélange d’épices.

     

    Vous pouvez ajouter à votre plat

     d’autres légumes et fruits,

     par exemple :

     mangue verte, banane, plantain,malaga.

     

     

     

     

    Bon Appétit

      

     

     

     

     

     

    07-10-2013

     


    24 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

    VOLTAIRE

     

     

     

     

    1694 – 1778


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    A MADAME

     

    DU CHATELET

     

     

     

     

     




    Si vous voulez que je vous aime,
     

    Rendez moi l’age des amours ;
     

    Au crépuscule de mes jours
     

    Rejoignez, s’il se peut, l’aurore.


    Des beaux lieux ou le dieu du vin
     

    Avec l’amour tient son empire,
     

    Le temps, qui me prends par la main,
     

    M’avertit que je me retire.


     

    De son inflexible rigueur
     

    Tirons au moins quelque avantage.
     

    Qui n’a pas l’esprit de son age,
     

    De son age a tout le malheur.


     

    Laissons à la belle jeunesse


    Ses folâtres emplacements :
     

     

    Nous ne vivons que deux moments;

     

     

    Qu’il en soit un pour la sagesse.


    Quoi ! pour toujours vous me fuyez.


    Tendresse, illusion, folie,


    Dons du ciel, qui me consoliez


    Des amertumes de la vie !


    On meurt deux fois, je le vois bien :


    Cesser d’aimer et d’être aimable,


    C’est une mort insupportable ;


    Cesser de vivre, ce n’est rien.


    Ainsi je déplorais la perte


    Des erreurs de mes premiers ans ;


    Et mon âme, aux désirs ouverte,


    Regrettait ses égarements.


    Du ciel alors daignant descendre,


    L’amitié vint à mon secours ;


    Elle était peut être aussi tendre,


    Mais moins vive que les amours.


    Touché de sa beauté nouvelle,


    Et sa lumière éclairée,


    Je la suivis ; mais je pleurai


    De ne pouvoir plus suivre qu’elle.

     

     

     

     

     



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

    J G R C

     

     

     

     



    D 18-03-2014*/* 30-12-2016


    21 commentaires
  •  

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

    Estienne  JODELLE

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

    BRANSLE

     

     

    SA CHARGE SOULEVANT…

     

     

     

     

     

    Bransle sa charge soulevant

    D’un mouvement à la vague semblable,

    Qui bat les flancs sous un vent agréable,

    De quelque nef, en la mer du Levant,

     

    Et doucement s’abaissant, s’eslevant,

    Tourmente l’ancre en son port favorable,

    Port désir de grâce, pitoiable,

    Joint à l’abri de l’ennemi du vent :

     

    Appreste toy que mon ancre se jette.

    Entre les flancs de ta rive subjette,

    Si ne craindrai le vent fier et grondeur,

     

    Amenast il la pluie pour me ceindre,

    Encore moins la vague de l’ardeur,

    Puisqu’il y a remède pour l’esteindre.

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

    J-G-R-C-

     

     

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    ACCRAS

     

     

    D’aubergines

     

     

     

    Temps de préparation: 15 mn

     

    Cuisson : 15 mn

     

    Pour : 05/06  personnes





     

     

    - 4 belles aubergines.

    - 200g de farine.

    - 1verre de lait.

    - 2 œufs.

    - thym et persil.

    -  3 gousses d’ail.

    - 2 cuillerées à soupe d’huile.

    - 1 bain de friture.

    - gros sel, sel fin et poivre.

     

     

     

     

    1) Epluchez les aubergines

     

    Avec un couteau économe

     

     Et détaillez les en morceaux.

     

    Faites les cuire

     

    À l’eau bouillante salée

     

     Pendant environ ¼ d’heure.

     

    2) Mélangez la farine,

     

     Le lait et les oeufs entiers

     

     Pour obtenir une pâte homogène.

     

    3) Lorsque les aubergines sont cuites,

     

    Égouttez les et passez les

     

    Au moulin a légumes.

     

    Veillez à ce que la purée

     

     Ne soit pas trop liquide.

      

    4) Mélangez à la pâte,

     

    Ajoutez le thym émietté,

     

    Le persil et l’ail haché.

     

    5) Faites chauffer de l’huile

     

    Dans une friteuse

     

    Et faites frire de petites boulettes.

     

    6) Lorsque les accras

     

     Sont dorés point,

     

    Dressez les sur un plat de service

     

    Et servez très chaud.

     

     

     

     

     

    Bon régal

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires