•  

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

    Pierre de

     

     

    RONSARD

     

     

     

    1524  -  1585

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sonnet pour

     

    HÉLÈNE

     

     

     

     

     

    Je plante en ta faveur cet arbre de Cybelle,

    Ce pin, où tes honneurs se liront tous les jours :

    J’ai gravé sur le tronc nos noms et nos amours,

    Qui croiront à l’envi de l’écorce nouvelle.

     

    Faunes qui habitez ma terre maternelle,

    Qui menez sur le Loir vos danses et vos tours,

    Favorisez la plante et lui donnez secours,

    Que l’été ne la brûle et l’hiver ne la gelle.

     

    Pasteur, qui conduiras en ce lieu ton troupeau,

    Flageolant une Egloque en ton tuyau d’aveine,

    Attache tous les ans à cet arbre un tableau.

     

    Qui témoigne aux passants mes amours et ma peine :

    Puis l’arrosant de lait et du sang d’un agneau,

    Dis : «  ce pin est sacré, c’est la plante d’Hélène. »

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FETE DES FLEURS  11/06/2017      5/5     D   31/07/2017

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    BISCUIT

     

    BULGARE

     

     

     

    - temps de préparation : 10 minutes

     

    - temps de cuisson : 35 minutes

     

    - pour 4/5 personnes

     

     

     

     

    .1pot de yaourt nature.

     

    . La valeur d’un pot à yaourt

    De  sucre en poudre.

     

    . La valeur d’un pot à yaourt

    D’huile arachide.

     

    . 1 La valeur de 3 pots à yaourt

    De farine.

     

    . 2 œufs.

     

    . 1 sachet de levure.

     

     

     

     

    Faites chauffer le four 10 minutes

     À l’avance (thermostat 8/9).

     

    Versez dans un saladier

     Le pot de yaourt,

    Remplissez le de sucre,

    Mélangez sucre et yaourt.

     

    Ajoutez les œufs,

    Mélangez de nouveau,

    Ajoutez la valeur d’un pot d’huile,

    Mélangez, ajoutez un pot de farine,

    Le sachet de levure

    Et petit à petit

    Les deux autres pots de farine.

     

    Vous devez obtenir

    Une pâte bien lisse.

     

    Garnissez de papier huilé

    Le fond d’un moule,

    Versez y votre préparation

    Et faite cuire (thermostat 4)

    Pendant 35/40 minutes.

     

    Servez tiède ou froid.

     

     

     

     

     

     

    Bonne

    dégustation

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     

     

     

     

    POÈME D’HIER


     

     

    Olivier de  MAGNY

     

     

     

     

    1528 - 1577

     

     

     

     



     

     

     

     

     

     

     

    SONNET

     



     

    Je l’aime bien, pour qu’elle a les yeux

    Et les sourcils de couleur toute noire

    Le teint de rose et l’estomac d’ivoire,

    L’haleine douce et le ris gracieux.

     

     

    Je l’aime bien, pour son front spacieux,

    Où l’amour tient le siège de sa gloire,

    Pour sa faconde et sa riche mémoire

    Et son esprit plus qu’autre industrieux.

     

     

    Je l’aime bien, pour ce qu’elle est humaine,

    Pour ce qu’elle est de savoir toute pleine

    Et que son cœur d’avarice n’est poingt.

    Mais qui me fait l’aimer d’une amour telle,

    C’est pour autant qu’el’ me tient bien en point

    Et que je dors quand je veux avec elle.

     

     

     

     



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




     

    J-G-R-C-



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FETE DES FLEURS  11/06/2017     1/5     D   21/07/2017

     

     

      

     


    8 commentaires
  •  

    Raymond  MICHAUD  Pour Alice     OMBRE RÊVÉE   D   17/07/2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

     

    Raymond  MICHAUD

     

     

    0000 – 0000

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour Alice

     

     

     

    OMBRE RÊVÉE

     

     

     

     

     

    La nuit monte dans ton regard

    Visage découvert à l’ombre de la neige

    A l’ombre fraîche de ton cœur

    Ma solitude s’agrandit.

     

     

    Pouvoir te donner mon bonheur

    Comme un beau caillou de silence

    Des jours bleus comme la campagne

    Et la rivière ton amie.

     

     

    Pouvoir échanger ton visage

    Contre la colère muette

    La souffrance aux lèvres de vent

    Et la peur aux mots de folie

     

     

    Je dis ton nom je dis ton rire

    Aux passants je dis tes alarmes

    Dans tes yeux je lis l’avenir

    Au chaud mensonge du baiser.

     

     

    J’invente une joie qui ne pèse

    Pas plus que l’oiseau dans ton cœur

    Un refrain jamais entendu

    Une ombre rêvée sur la route.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     13-12-2016


    26 commentaires
  •  

     

     

    Charles  BAUDELAIRE     FEMMES  DAMNEES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FEMMES DAMNEES

     

     

     

     

     

    Comme un bétail pensif sur sable couchées,

    Elles tournent leurs yeux vers l’horizon des mers,

    Et leurs pieds se cherchant et leurs mains rapprochées

    Ont de douces langueurs et des frissons amers.

     

     

    Les unes, cœurs épris de longues confidences,

    Dans le fond des bosquets ou jasent les ruisseaux,

    Vont épelant l’amour des craintives enfances

    Et creusent le bois vert des jeunes arbrisseaux :

     

     

    D’autres, comme des sœurs, marchent lentes et graves

    A travers les rochers pleins d’apparitions,

    Ou saint Antoine a vu surgir comme des laves

    Les seins nus et pourprés de ses tentations ;

     

     

    Il en est, aux lueurs des résines croulantes,

    Qui dans le creux muet des vieux antres païens

    T’appellent au secours de leurs fièvres hurlantes,

    O Bacchus, endormeur des remords anciens !

     

     

    Et d’autres, dont la gorge aime les scapulaires,

    Qui, recélant un fouet sous leurs longs vêtements,

    Mêlent, dans le bois sombre et les nuits solitaires,

    L’écume du plaisir aux larmes des tourments.

     

     

    O vierges, O démons, O monstres, O martyres.

    De la réalité grands esprits contempteurs,

    Chercheuses d’infini, dévotes et satyres,

    Tantôt pleines de cris, tantôt pleines de pleurs.

     

     

    Vous qui dans votre enfer mon âme a poursuivies ;

    Pauvres sœurs, je vous aime autant que je vous plains,

    Pour vos mornes douleurs, vos soif inassouvies,

    Et les urnes d’amour dont vos grand cœur sont pleins !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     

     27-12-2016


    27 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES SPAGHETTI

     

    à LA

     

    portugaise 

     

     

     

     

     

    Temps de préparation:  5 minutes

     

    Cuisson: 30 minutes


    pour 4  personnes



     

     

     

     

    - 250g de spaghetti.

     

    - 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.

     

    - 1 boite de thon 300/400g

    ou 1 boite de saumon.

     

    - 2 cuillerées à soupe de concentré de tomates

     diluées dans de l’eau.

     

    - sel et poivre.

     

     

     

     

     

     

    Faire cuir d’abord les spaghettis.

     

     

    Égouttez les et, dans la poêle

     

     ou l’huile aura chauffé,

     

    mettez les à sauter ;

     

    ajoutez le thon ou le saumon émietté

     

    et la purée de tomates diluée,

     

    salez et poivrez.

     

     

    Laissez chauffer dix minutes.

     

     

     

     

     

     

     

    Bon appetit

     

     

     

     

     

     22-12-2016


    18 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier



     

     

     

     

    MERRILL Stuart

     

     

    1863 – 1915

     

     

     

     

     



     
     

     

     

     

     

    MON FRONT

     

    PALE…

     

     

     


     Mon front pale est sur tes genoux
     Que jonchent des débris de roses ;
     O femme d’automne, aimons nous
     Avant le glas des temps moroses.


     Oh ! Des gestes doux de tes doigts
     Pour calmer l’ennui qui me hante !
     Je rêve à mes aïeux les rois
     Mais toi, lève les yeux, et chante.


     Berce moi des dolents refrains
     De ces anciennes cantilènes
     Ou, casqués d’or, les souverains
     Mouraient aux pieds des châtelaines,


     Et tandis que ta voix d’enfant,
     Ressuscitant les épopées,
     Sonnera comme un oliphant
     Dans la danse âpre des épées,


     Je penserai vouloir mourir
     Parmi les roses de ta robe,
     Trop lâche pour reconquérir
     Le royaume qu’on me dérobe.

     

     

     

     



     Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975




      

     

     

    Collection personnelle

    J-G-R-C-



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     03-01-2017


    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires