• RECETTE POISSONS OU CRUSTACES

     

     

     

     

     

     

     

     

    TRUITES

     

     AUX AMANDES

     

     

     

    Temps de préparation: 10 minutes

    Cuisson : 20 minutes

    Pour 04  personnes





     

     

    4 Truites.

    50g de beurre.

    50g amandes effilées.

    2 citrons.

    Sel et poivre.

     

     

     

     

    Les truites étant vidées par les ouies,

    Essuyez les soigneusement.

     

    Prenez une grande poêle

    et mettez y le beurre à fondre.

     

    Quand le beurre est blond,

    Déposez délicatement les truites

    Dans le beurre

    et laissez cuire à feu moyen.

     

    Remuez fréquemment la poêle

    Pour que les poissons n’attachent pas.

     

    Après dix minutes de cuisson,

    Retournez soigneusement chaque poisson

    En prenant soin de ne pas abîmer la peau.

     

    Laissez cuire dix minutes de l’autre coté,

    Salez et poivrez.

     

    Ajoutez le jus d’un citron.

     

    Dressez les poissons

    sur le plat de service chauffé.

     

    Faites alors dorer les amandes

    Et versez les sur les truites.

     

    Choisir de préférence de la truite d’eau vive

    Bien supérieure a celle d’élevage.

     

     

     

     

    Bonne dégustation

     

     

     

     

     

     

     03-04-2015


    26 commentaires
  •  

     

    Louise  LABE    SONNETS          D  25/02/2017

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

    Louise  LABÉ

     

     

    1524 – 1566

     

     

     

     

     

     

    Sonnets

     

     

     

    Tant que mes yeux pourront larmes épandre

    A l’heur (2) passé avec toi regretter

    Et qu’aux sanglots et soupirs résister

    Pourra ma voix, et un peu faire entendre,

     

    Tant que ma main pourra les cordes tendre

    Du mignard luth pour tes grâces chanter,

    Tant que l’esprit se voudra contenter

    De ne vouloir rien fors que toi comprendre,

     

    Je ne souhaite encore point mourir.

    Mais quant à mes yeux je sentirai tarir,

    Ma voix cassée et ma main impuissante,

     

    En mon esprit en ce mortel séjour

    Ne pouvant plus montrer signe d’amante,

    Prierai la mort noircir mon plus clair jour.

     

     (2)  Bonheur

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J-G-R-C- 

     

     

     

     

     

     


    43 commentaires
  •  

     

     

     blette-1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les blettes

     

    En sauce blanche

     

     

     

    - temps de préparation : 20 minutes

     

    - temps de cuisson : 35 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    . 1 kg de blettes.

     

    . 40g de beurre.

     

    . 40g de farine.

     

    . Sel selon goût.

     

     

     

     

     

     

    Enlevez les feuilles vertes

     

    (Seules les cotes blanches sont utilisées) ;

     

     

     

    Coupez les cotes en morceau

     

     De 3 a 4 centimètres et retirez

     

    La peau fine qui les recouvre

     

    (Au fur et a mesure

     

     Mettez les morceaux épluchés

     

    Dans de l’eau froide.)

     

     

    Faites cuire les cotes

     

     Dans de l’eau bouillante salée.

     

     

    Pendant ce temps préparez

     

    La sauce blanche avec le beurre,

     

    La farine et un quart de litre d’eau.

     

     

    Égouttez les cotes

     

    Avant de les servir

     

    Et nappez les de la sauce blanche. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    blette-1.jpg

    cuillere1-1-.gifcuillere1-1-.gifcuillere1-1-.gifcuillere1-1-.gif

     

     

     

      20-04-2016

     


    61 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    FLAN AU

     

    FROMAGE

     

     

     

    Temps de préparation:  10 mn

    Cuisson :  20 mn
    pour  04  personnes





    - 4 oeufs.

    - 80g d’emmenthal râpé.

    - 1/2 litre de lait entier.

    - 1 bol de sauce tomate.

    - 1 cuillerée à café d’huile d’olive.

    - sel et poivre.

     

     

    1) Mettez le lait à bouillir.

     

    Pendant ce temps,

    Cassez les œufs dans une terrine,

    salez et poivrez,

    Battez en ajoutant l’emmenthal.

     

     

    2) Versez alors progressivement le lait chaud

    Sur le mélange en travaillant vivement

     Pour que l’emmenthal fonde.

     

     

    3) Huilez un moule à charlotte,

    Versez y la préparation.

     

    Faites cuire au bain marie

     À four moyen  pendant 20 minutes.

     

     

    4) vérifiez la cuisson

    En plongeant une lame de couteau

    Dans la crème qui doit ressortir sèche.

     

    Démoulez dans un plat creux

     Et entourez d’une sauce tomate chaude.

     

     

     

     

     

    BONNE DÉGUSTATION 

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    73 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

      

     

    Clément MARROT

     

     

      

    1496 – 1544

     

     

     

     

     

     

     

    QU’AI-JE  MÉFAIT…

     

     

     

     

    Qu’ai-je méfait, dites ma chère amie ?

    Votre amour semble être tout endormie :

    Je n’ai de vous plus de lettres, ni langage :

    Je n’ai de vous un seul petit message,

    Plus ne nous vois  aux lieux accoutumés.

    Sont jà éteints vos désirs allumés,

    Qui avec moi d’un même feu ardaient ?

     

    Où sont ces yeux lesquels me regardaient

    Souvent en ris, avecques larmes ?

    Où sont les mots qui tant m’ont fait d’alarmes ?

     

    Où est la bouche aussi qui m’apaisait

    Quand tant de fois et si bien me baisait ?

    Où est le cœur qui irrévocablement

    M’avez donné ? Où est semblablement

    La blanche main, qui fort bien m’arrêtait

    Quand de partir de vous besoin m’était.

     

    Hélas, amants, hélas, se peut il faire,

    Qu’amour si grand se puisse ainsi défaire ?

    Je penserais plutôt que les ruisseaux

    Feraient aller encontre mont leurs eaux,

    Considérant que de fait, ni pensée

    Ne l’ai encor, que je sache, offensée.

     

    Donques, amour, qui couve sous tes ailes

    Journellement les cœurs des damoiselles,

    Ne laisse pas trop refroidir celui

    De celle là, pour qui j’ai tant d’ennui :

    Où trompe moi en me faisant entendre

    Qu’elle a le cœur bien ferme, et fut il tendre.

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     18-04-2012


    49 commentaires
  • RECETTE POISSONS OU CRUSTACES

     

     

     

     

     

    PERCHE EN FILET

     A la

    Méditerranéenne

     

     

     

    Temps de préparation: 10 minutes

    Cuisson : 30 minutes

    Pour 4/5  personnes





     

     

    - 800g de filets perche.

    - 4/5 petites aubergines.

    - 4/5  tomates.

    - 1 verre de vin blanc sec.

    - Ail à volonté.

    - 3 cuillères à soupe d’huile d’olive.

    - Sel et poivre.

     

     

     

     

    Huilez un plat à gratin

     

    Et disposez dessus

     

     Les filets de perche.

     

     

    Ajoutez l’huile, l’ail haché,

     

    Le sel et poivre.

     

     

    Recouvrez de tomates

     

    Et d’aubergines pelées

     

     Coupées en tranches.

     

     

     

    Arrosez alors de vin blanc

     

     et faites cuire,

     

    A four moyen 30 minutes. 

     

     

    Servez aussitôt

     

    dans le plat de cuisson.

     

     

    Ce plat peut également 

     

    Etre mangé froid.

     

     

     

     

     

    Bonne dégustation

     

    --

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

      

      

     11-05-2016


    50 commentaires
  •  

     

     

    POÈME D’hier

     

    NIZET Marie

     

     

    1859 - 1922

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LA BOUCHE

     

     

     

     

     

    Ni sa pensée, en vol vers moi par tant de lieues.

     

    Ni le rayon qui court sur son front de lumière,

     

    Ni sa beauté de jeune dieu qui la première

     

    Me tenta, ni ses yeux - ces deux caresses bleues ;

     

     

    Ni son cou ni ses bras, ni rien de ce qu’on touche,

     

    Ni rien de ce qu’on voit de lui ne vaut sa bouche

     

    Où l’on meurt de plaisir et qui s’acharne à mordre ;

     

     

    Sa bouche de fraîcheur, de délices, de flammes,

     

    Fleur de volupté, de luxure et de désordre,

     

    Qui vous vide le cœur et vous boit jusqu’à l’ame…

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C

     

     

     

     

     14-02-2013


    49 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires