•  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La purée

     

    De

     

    Champignons

     

     

     

     

     

    Temps de préparation:  15 minutes

     

    Cuisson: 15 minutes


    pour 4  personnes



     

     

    - 700g de champignons de Paris.

     

    - 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.

     

    - 2 échalotes.

     

    - Persil - sel - poivre.

     

    - 12 cl de vin blanc sec.

     

     

     

     

     

    Lavez les champignons.

     

     

    Passez les à la moulinette

     

    A grosse grille.

     

     

    Passez en même temps

     

     L’échalote et le persil.

     

     

    Sur feu vif, faites chauffer l’huile

     

    dans une poêle et versez vos champignons

     

    en tournant avec une cuillère en bois,

     

    jusqu’à ce que les champignons rendent

     

    et réabsorbent leur eau.

     

     

    Ajoutez le vin blanc,

     

    Le sel et le poivre.

     

     

    Laissez encore cinq minutes,

    Mais a feu doux.

     

     

     

    Cette purée pourra farcir des crêpes,

     

    Entourer des œufs sur le plat

     

    Ou fourrer une omelette.

     

     

     

    Bon appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    25-08-2014 


    65 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FETE DES FLEURS     05/06/2016     3/9    D    24/09/2016

     

     

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

     

     

    SCEVE  Maurice

     

     

    1501 - 1560

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    DELIE

     

     

     

     

     

    Libre vivais en l’Avril de mon âge,

    De cure exempt sous celle adolescence,

    Ou l’œil, encor non expert en dommage,

    Se vit surpris de la douce présence,

    Qui par sa haute et divine excellence

    M’étonna l’âme, et le sens tellement,

    Que de ses yeux l’archer tout bellement

    Ma liberté lui a toute asservie :

    Et dès ce jour continuellement

    En sa beauté gît ma mort, et ma vie.

     

    Plus tôt seront Rhône et Saône disjoints

    Que d’avec toi mon cœur se désassemble ;

    Plutôt seront l’un, et l’autre, Mont joints,

    Qu’avecques nous aucun discord s’assemble ;

    Plus tôt verront et toi, et moi ensemble

    Le Rhône aller contremont lentement,

    Saône monter très violentement,

    Que ce mien feu tant soit peu diminue,

    Ni que ma foi décroisse aucunement,

    Car ferme amour sans eux est pus que nue.

     

    Et toi je vis, ou que tu sois absente :

    En moi je meurs, ou que je sois présent.

    Tant loin sois – tu, toujours tu es présente :

    Pour près que sois, encore suis- absent.

    Et si nature outragée se sent

    De me voir vivre en toi plus qu’en moi :

    Le haut pouvoir, qui ouvrant sans émoi,

    Infuse l’âme en ce mien corps passible,

    La prévoyance sans son essence en soi,

    En toi l’étend, comme en son plus possible.

     

    Entre tes bras, ô heureux, près du cœur

    Elle te serre en grand’ délicatesse :

    Et me repousse avec toute vigueur

    Tirant de toi sa joie, et sa liesse.

    De moi plaincts, pleurs et mortelle tristesse

    Loin du plaisir, qu’en toi elle comprend,

    Mais en ses bras, alors qu’elle te prend,

    Tu ne sens point sa flamme dommageable,

    Qui jour et nuit, sans la toucher, me rend :

    Heureusement pour elle misérable.

     

    Seul avec moi, elle avec sa partie :

    Moi en ma peine, elle en sa molle couche.

    Couvert d’ennui je me vautre en l’ortie,

    .et elle nue entre ses brasse se couche.

    Ha (lui indigne) il la tient, il la touche :

    Elle souffre ; et comme moins robuste,

    Viole amour par ce lien injuste,

    Que droit humain, et non divin, a fait.

    O sainte loi, à tous, fors à moi, juste,

    Tu me punis pour elle avoir méfait.

     

    De toi la douce, et fraîche souvenance

    Du premier jour, qu’elle m’entra au cœur

    Avec ta haute et humble contenance,

    Et ton regard d’Amour même vainqueur,

    Y dépeignit par si viveliqueur

    Ton effigie au vif tant ressemblante,

    Que depuis l’âme étonnée, et tremblante

    De jour l’admire, et la prie sans cesse :

    Et sur la nuit tacite, et sommeillante,

    Quand tout repose, encor moins elle cesse.

     

     

     

     

     

     

     

     Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

    J G R C

     

     

     

     

     

     05-02-2014

     


    19 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    fenouil.jpg

     

     

     

    FENOUIL 

     

    A LA 

     

    GRECQUE 

      

      

      

    Temps de préparation: 05 mn 

      

    Cuisson : 45 mn 

      

    Pour :  04  personnes 

     

      

     

     

     

     

    - 3 bulbes de fenouil. 

      

    - 1 verre a moutarde d’huile d’olive. 

      

    - 1 tomate. 

      

    - 3 citrons. 

      

    - bouquet garni,  sel et poivre. 

      

    -  1 noix de beurre. 

      

      

      

      

    1)       Mettez les bulbes de fenouil épluchés 

      

     Dans une cocotte avec de l’eau 

      

    Qui doit les recouvrir, 

      

    Cela pour la mesurer. 

      

      

    2) Retirez les ; portez l’eau a ébullition. 

      

    Mettez alors les fenouils, 

      

     Ajoutez l’huile, les épices, 

      

     Le jus des citrons et la tomate entière. 

      

      

    4)     Laissez bouillir pendant 45 minutes. 

      

      

    5)     Lorsqu’ils sont cuits, 

      

    Retirez les de leur bouillon 

      

     Et arrosez les avec du beurre fondu 

      

    Au moment de servir. 

      

      

      

      

    Se servent chauds ou froids. 

      

      

      

      

      

    Bon Appétit 

      

      

    BONNE DÉGUSTATION 

      

      

      

      

      

      

    10-01-2012


    32 commentaires
  •  


     POÈME  D’hier

     

    BAUDELAIRE Charles

     

     

    1821 – 1867






    LA GÉANTE

     



    Du temps que la nature en sa verve puissante
    Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
    J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
    Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.


    J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
    Et grandir librement dans ses terribles jeux ;
    Deviner si son cœur couvre une sombre flamme
    Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;


    Parcourir a loisir ses magnifiques formes ;
    Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
    Et parfois en été, quand les soleils malsains,


    Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
    Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
    Comme un hameau paisible au pied d’une montagne.



    Diffusion François Beauval
    1ér trimestre 1975


    J-G-R-C


    17-04-2012

     


    33 commentaires
  •  

    RECETTE  POISSONS & CRUSTACÉS    02/09/2014RECETTE  POISSONS & CRUSTACÉS    02/09/2014RECETTE  POISSONS & CRUSTACÉS    02/09/2014

     

     

    RECETTE  BLAFF DE SOUDONS      D   16/09/2016 

     

     

     

     

    BLAFF

    De

     SOUDONS 

     

     

     

    ANTILLES

     

     

    Temps de préparation: 15/30 mn

    Cuisson : 15 mn

    pour 04 personnes





     

     

    50/60 soudons (praires).

    - 3 citrons verts.

    1 piment Antillais.

    - 4 gousses d’ail.

    - quelques queues d’oignons.

    - 2 beaux oignons.

    - 1 botte persil simple.

    - 1 verre de vin blanc sec.

    - huile.

    - Sel et poivre .

     

     

     

     

     

    1) Lavez soigneusement les soudons.

     

    Hachez les oignons, les queues d’oignons,

     

     le persil et l’ail.

     

     

     

     

    2) chauffez un peu d’huile

     

    dans une casserole

     

    et faites revenir les aromates.

     

    Ajoutez ensuite les soudons,

     

     1 verre de vin blanc,

     

     puis mouillez d’eau à niveau.

     

     

     

    3) Salez et poivrez.

     

     Ajoutez le jus des citrons verts

     

    Et le piment entier.

     

    Laissez mijoter une dizaine de minutes.

     

     

     

    4) Servez le blaff

     

    dans des assiettes creuses.

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

    RECETTE  BLAFF DE SOUDONS      D   16/09/2016

     

     

     02-10-2014


    31 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    POEME D’hier

     

    BERNIS

     

     

    1715 – 1794

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES PETITS TROUS

     

     

     

    Ainsi qu’ébé, la jeune Pompadour

    A deux  jolis trous sur sa joue ;

    Deux trous charmants ou le plaisir se joue,

    Qui furent faits  par la main de l’amour.

    L’enfant ailé, sous un rideau de gaze,

    La vit dormir et la prit pour Psyché.

    Qu’elle était belle ! A l’instant il s’embrasse.

    Sur ses appas il demeure attaché.

    Plus il la voit, plus son délire augmente ;

    Et, pénétré d’une si douce erreur,

    Il veut mourir sur sa bouche charmante ;

    Heureux encor de mourir son vainqueur !

    Enchanté des roses nouvelles,

    D’un teint, dont l’éclat éblouit,

    Il les touche du doigt, elles sont plus belles ;

    Chaque fleur sous sa main s’ouvre et s’épanouit.

    Pompadour se réveille, et l’amour en soupire ;

    Il perd tout son bonheur en perdant son délire :

    L’empreinte de son doigt forma ce joli trou,

    Séjour aimable du sourire,

    Dont la plus sage serait fou.

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

    J G R C 

     

     

     

     

     

     

     

     

     09-11-2016


    28 commentaires
  •  

     

    RECETTE:  les haricots verts au lard      D  10/09/2016

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     LES HARICOTS VERTS

     

     

    AU LARD

     

     

     

     

    - temps de préparation : 10 minutes

     

    - temps de cuisson : 45 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

     

     

    - 750g de haricot vert.

     

    - 100g de lard bien maigre.

     

    - 30g de beurre.

     

     

     

     

     

    Après avoir fait blanchir les haricots,

     

    Égouttez les.

     

     

     

    Dans une sauteuse faites dorer

     

    dans le beurre le lard coupé en lardons,

     

    mettez les haricots

     

     et laissez rissoler dix minutes.

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    RECETTE LEGUME    28/01/2014

    28-01-2014


    26 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

     

    Henri de REGNIER

     

     

     

     

    1864 – 1936

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ELEGIE

     

     

     

     

     Je ne vous parlerai que lorsqu’en l’eau profonde

     Votre visage pur se sera reflété

    Et lorsque la fraîcheur fugitive de l’onde

    Vous aura dit le peu que dure la beauté.

     

    Il faudra que vos mains pour en être odorantes,

    Aient cueilli le bouquet des heures et, tout bas,

    Qu’en ayant respiré les âmes différentes

    Vous soupiriez et ne souriez pas :

     

    Il faudra que le bruits divines abeilles

    Qui volent dans l’air tiède et pèsent sur les fleurs

    Ait longuement vibré au fond de vos oreilles

    Son rustique murmure et sa chaude rumeur ;

     

    Je ne vous parlerai que quand l’odeur des roses

    Fera frémir un peu votre bras sur le mien

    Et lorsque la douceur qu’épand le soir des choses

    Sera entrée en vous avec l’ombre qui vient ;

     

    Et vous ne saurez plus, tant l’heure sera tendre

    Des baumes de la nuit et des senteurs du jour,

    Si c’est le vent qui rode ou la feuille qui tremble,

    Ma voix ou votre voix ou la voix de l’amour …

     

     

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

    1ér trimestre 1975

     

     

     

    J-G-R-C

     

     

     

     

     

     

     

     

    22-05-2012

     


    31 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     LE GRATIN

     

     

    LANDAIS

     

     

     

     

     

    - temps de préparation : 10 minutes

     

    - temps de cuisson : 60 minutes

     

    - pour 4 personnes

     

     

     

     

    - 800g pomme de terre.

     

    - 100g de crème fraîche.

     

    - 1/2 litre lait.

     

    - 4 tranches de jambon Bayonne.

     

    - 150g d’emmental râpé.

     

    - 2 tranches de pain.

     

     

     

     

    Dans un plat à gratin,

     

    Disposez une couche

     

     de pommes de terre crue

     

    coupée en fines rondelles,

     

    saupoudrez d’emmental râpé,

     

    sel, poivre, et une partie

     

    du jambon coupé en des.

     

     

    Ajoutez une nouvelle couche de

     

    Pommes de terre et ainsi de suite

     

    Jusqu’à épuisement des ingrédients.

     

     

    Arrosez avec le lait et la crème.

     

     

    Mettez à four moyen pendant une heure.

     

     

     

     

     

     

     

    Bon Appétit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     28-05-2012


    22 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    POÈME D’hier

     

     

     

     

     

    FRANÇOIS VILLON

     

     

     

    1431 - vers – 1480

     

     

     

     

    BALLADE DES FEMMES

     

     DE PARIS

     

     

     

     

     

     

     

    Quoi qu’on tient belles langagières

    Florentines, Vénitiennes,

    Assez pour être messagières,

    Et mêmement les anciennes :

    Mais, soient Lombardes, Romaines,

    Genevoises à mes périls,

    Piémontaises, Savoisiennes,

    Il n’est bon bec que de Paris.

    De très beau parler tiennent chaires,

    Ce dit on les Napolitaines,

    Et sont très bonnes caquetières

    Allemandes et Prussiennes ;

    Soient Grecques, Egyptiennes,

    De Hongrie ou d’autres pays,

    Espagnolles ou Cathelennes*.

    Il n’est bon bec que de Paris.

    Brettes **, Suisses, n’y savent guères,

    Gasconnes, n’aussi Toulousaines :

    De petit pont deux harengères

    Les concluront, et les Lorraines,

    Anglaises et Calaisiennes,

    Ay je beaucoup de lieux compris ?

    Picardes de Valenciennes ;

    Il n’est bon bec que de Paris.

     

    Envoi

     

    Prince, aux dames Parisiennes

    De beau parler donnez le prix ;

    Quoi qu’on dise d’Italiennes,

    Il n’est bon bec que de Paris.

     

     

                               * Catalanes

                               * * Bretonnes

     

     

     

     

     

    Diffusion François Beauval

     

    1ér trimestre 1975

     

     

     

     

     

    J G R C

     

     

     

     

     

    EXPOSITION PHOTO 2016  LA  GACILLY            D   23/08/2016

     

     

     

      08-05-2014

     


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires